https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© POINT G

“LE POINT G” épisode 147: faire l’amour en conscience

Gaëlle, 28 ans, en a bavé côté cœur. Après avoir épluché Tinder et vécu mille et une nuits parfois torrides, parfois étranges, il semblerait qu’elle ait trouvé le bon. Avec Ben, elle explore toutes les facettes de la sexualité. Avec amour, mais surtout avec humour.


L’autre jour, j’ai fait le point sur mes apprentissages ces derniers temps. Avec les vacances qui ont commencé, c’était l’occasion parfaite de me repositionner et d’évaluer comment je me sentais. Dans la presse, on appelle ça les marronniers, c’est-à-dire des sujets qui reviennent tous les ans au calendrier et qui sont traités en long et en large, genre Saint-Nicolas, la galette des rois, la première neige, etc. Pour moi, mon marronnier, ce sont les vacances d’été! Et comme cette chronique a pour but de parler de sexualité, laissez-moi vous dresser les réflexions qui m’animent autour de ce sujet et les choses que j’ai tenté de mettre en place pour une vie sexuelle épanouie.

J’ai tiré quelques leçons depuis mes dernières vacances. Autant les partager avec vous ! La première, c’est que rien n’est jamais gravé dans la roche. Ce n’est pas parce que vous rencontrez tel ou tel problème aujourd’hui dans votre sexualité qu’il est immuable. Par exemple, j’ai appris que ce n’est pas parce que l’un a plus de libido que l’autre que ça sera toujours le cas.

Le désir varie tout au long de notre vie. Ce qu’on en retient ? Que la patience et la communication sont des alliées pour prendre du recul.


Ensuite : la pression est la pire ennemie d’une sexualité épanouie. On met tellement le focus sur l’orgasme, prendre son pied, donner du plaisir à l’autre, etc. qu’on en oublie l’essence même du fait de faire l’amour.

On transforme un acte physique, un don de soi, en un moment cérébral qui peut aller jusqu’à provoquer de l’anxiété.


Finalement, faire l’amour, c’est quoi ? Un escalier qui mène tout droit au 7ème ciel ? Je dirais plutôt que c’est l’occasion de se retrouver, de se découvrir, de caresser un corps, de l’apprivoiser, d’observer et de recevoir. Si tout le monde faisait l’amour en conscience, on serait tou·te·s beaucoup plus heureux, non? Pourtant, aujourd’hui, on fait le focus sur un milliard de choses… L’apparence de notre corps, les réactions de l’autre, la course à l’orgasme, etc. N’est-ce pas dommage de se priver du simple plaisir d’entrer en communion avec l’autre à travers des gestes sensuels et érotiques ?

Bilan de cet apprentissage : tentons de nous laisser aller en conscience.


Comment ça marche ? Quand une main glisse sur votre corps, obligez votre cerveau à faire le focus sur ses sensations. Comment la main parcourt-elle mon corps ? Doucement ? Vite ? Avec quelle pression ? Avec quelle intention ? En se concentrant sur nos millimètres de peau, le plaisir se décuple et envahit tout notre être. Et ça, c’est un délice !

Je terminerai sur un aspect que j’ai abordé avec vous récemment : la pénétration. Qu’on soit en couple hétéro, homo ou peu importe, on a toujours tendance à viser ce fameux coït, même parfois avec des accessoires. Ok, ça peut procurer beaucoup de plaisir, c‘est certain. Certaines femmes ne jurent d’ailleurs que par ça pour avoir un orgasme. Mais, et c’est un grand mais, s’offrir de temps en temps un moment où la pénétration est proscrite, c’est se permettre d’explorer davantage toutes les possibilités de plaisir que peut nous apporter le toucher.

Et ça, c’est réellement une voie vers l’extase, et ça se répercute bien au-delà du lit ! Voilà donc quelques pistes pour se mettre en jambe avant la rentrée!

 

Point G

Chaque semaine dans votre magazine, retrouvez la chronique de Gaëlle: Le Point G.

Pour lire les épisodes précédents, rendez-vous ici.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires