https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© A couple who met through an online dating app romantically engaged in a kiss.

On tomberait amoureux trois fois au cours d’une vie

Les papillons dans l’estomac n’apparaîtraient que 3 fois au cours d’une vie et de manière tout à fait différente. Si votre chéri·e est le/la troisième amour de votre vie, il y a donc de fortes chances pour que l’amour dure toujours.


 

Bien sûr, l’étude est à prendre avec des grosses pincettes. Nous ne tombons pas tous inévitablement amoureux·ses trois fois dans une vie. Certains s’amouracheront une seule fois et feront partie des chanceux·ses qui trouvent tout de suite « the one ». Les cœurs d’artichaut tomberont quant à eux amoureux une bonne cinquantaine de fois. Mais nous serions conditionnés à vivre trois sortes d’amour dans notre vie.

 

L’amour idéaliste


D’abord, nous connaitrions l’amour idéaliste. Il s’agit souvent du premier amour, celui qu’on vit en secondaire et qui nous transporte dans une relation pleine de naïveté et d’innocence. Bref, cette histoire est un amour bisounours, où l’on ne peut s’imaginer vivre l’un sans l’autre, où l’on s’imagine avoir des bébés, une licorne dans le jardin et une bague au doigt. Cette histoire se termine malheureusement souvent en désillusions et en énorme chagrin d’amour.

L’amour par nécessité


C’est celui que nous retrouvons après la première désillusion. Cet amour est un amour de besoin, une nécessité. Comme si l’on avait absolument besoin de se mettre en couple pour pouvoir survivre. C’est un amour égoïste, une relation pansement qui ne pourra pas nous rendre heureuse, car il est souvent trop fort, trop passionnel et destructeur.

 

monroi

 

L’amour inattendu


Et c’est là, après avoir vécu l’amour centré sur l’autre, et celui centré sur soi, qu’on trouve souvent le bon. L’amoureux·se qui sera également notre meilleur ami et qui nous rendra vraiment heureux·se. C’est comme si, après avoir expérimenté un tas d’erreurs, nous étions enfin prêt·e·s à aimer vraiment et à comprendre que personne n’est parfait et que même si Jules/Juliette ne ramasse pas toujours ses chaussettes, il·elle est la personne de votre vie!

 

À lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires