Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Elle commémore ses fausses couches dans une série de photos

Justine Rossius
De nombreuses femmes connaissent la douleur des fausses couches. La photographe Dianne Yudelson en a subi onze en quelques années. Avec ses photos, elle tente de donner du courage aux mères qui ont vécu le même traumatisme.

La série de photos a été baptisée "Lost", comme "perdu". On y voit des souvenirs liés aux onze bébés qu'elle a perdus entre 1993 et 2005. Des échographies, des vêtements, des objets... et le prénom donné à l'enfant.

 

Les fausses couches, encore trop taboues

Son objectif est simple: parler des fausses couches pour que d'autres femmes comprennent qu'elles ne sont pas seules, et surtout, mettre fin à un sujet encore tabou socialement, encore trop pesant pour les femmes qui en sont victimes. Alors que finalement, on connaît tous quelqu'un qui a fait une fausse couche.

J’espère qu’en partageant ces images, j’atteindrai un grand nombre de femmes qui ont vécu, ou qui sont en train de vivre, la perte douloureuse d’un bébé. Elles ne sont pas seules à traverser cette épreuve.

 

Un choc, une déchirure

La photographe se rappelle encore de sa première interruption de grossesse. À l'échographie des trois mois, elle avait entendu le cœur de son bébé battre avec son mari. Un moment émouvant, plein de bonheur! À la 16e semaine, le  cœur du bébé s'était arrêté de battre. Le vide.

Dans les semaines qui ont suivi, nos vies se sont arrêtées. Nous étions sous le choc. Une fausse couche, c’est déchirant, épuisant, aliénant.

 

Comme un besoin d'en parler

Ces objets, la photographe les gardait dans un placard depuis des années, sans oser les sortir. Puis, comme pour faire son deuil, elle a eu le besoin de les sortir et de les disposer, de raconter son histoire, sa souffrance enfouie trop longtemps:

Ça faisait un bon moment que j’avais sorti chaque objet, et quand je les ai disposés sur mon lit, je me suis dit qu’il fallait que je raconte mon histoire.

 

 

Pour aller plus loin:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires