Home Mode & Beauté Près de 80% des adolescentes belges n’ont pas confiance en elles

Près de 80% des adolescentes belges n’ont pas confiance en elles

Entre les hormones, la vie qui part dans tous les sens et le corps qui change, pas facile d’être bien dans sa peau à l’adolescence. Il n’empêche que savoir que 77% des ados belges n’ont pas confiance en elles reste préoccupant. D’autant qu’outre les changements et la société, le rapport qu’ont leurs mères à leurs corps serait également à blâmer.

Fervente supportrice de la beauté de toutes les femmes, sous toutes ses formes, la marque Dove a décidé de mener l’enquête dans le cadre de son projet mondial pour l’estime de soi. Mais si le géant de la beauté prône le “real beauty by real women”, il semblerait que les femmes en question ne le voient pas de la même façon, et particulièrement les adolescentes. Ainsi, 49% des jeunes filles belges âgées de 8 à 15 ans souhaiteraient changer au moins un détail de leur apparence, à laquelle elles donnent en moyenne une note de 7,2/10. Une note qui diminue drastiquement si les mamans des jeunes filles ne sont pas satisfaites de leur physique: les ados dont les mamans sont mécontentes de leur apparence ne donnent en effet qu’une cote de 6,5/10 à leur physique.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Plus problématique encore? 77% des jeunes filles indiquent qu’elles se sentent parfois peu sûres de leur apparence. Plus de la moitié des jeunes filles belges évitent les activités sociales lorsqu’elles ne se sentent pas à l’aise avec leur apparence et, ces jours-là, 4 jeunes filles belges sur 10 préfèreraient ne pas aller à l’école. 70%  des adolescentes belges trouvent en outre qu’il est important d’avoir toujours une apparence soignée. Les réseaux sociaux reflètent une image faussée de la réalité. Et cela a une influence énorme sur la confiance en soi des jeunes filles. Ces dernières voient tous les jours des images « parfaites » de personnes populaires de leur âge ou de célébrités, et essaient d’y ressembler. Pour correspondre à cette image, 30% des jeunes utilisent des filtres ou des effets pour embellir leurs photos. 56% ne publient de photos que lorsqu’ils se trouvent particulièrement à leur avantage, 36% se préparent spécialement pour la photo et 23% affichent leur vie de manière plus amusante que ce qu’elle n’est en réalité. Un constat qui n’étonne pas la blogueuse body-positive Chrystelle Charlier, même s’il la désole.

La norme étant faussée, la comparaison avec la réalité est plus brutale et décevante. Comment croire que notre visage est « beau » quand aucun des visages que l’on voit partout n’est tel qu’il est en réalité ? Les réseaux sociaux ont érigé en modèles des images intégralement retouchées. Il est primordial de donner aux adolescents les armes nécessaires pour combattre l’impact des images nuisibles auxquelles ils sont chaque jour confrontés.

Les jeunes filles accordent en effet beaucoup d’importance aux likes; 1 sur 5 avouant supprimer leur photo si elle n’obtient pas assez de likes, tandis que 18% d’entre elles affirment se sentir seules dans de telles situations. Autant dire que les médias sociaux exercent une pression énorme sur les jeunes filles, qui avouent également sentir une pression à poster de manière régulière. Souffrir pour être belle 2.0? Pas question pour Dove. La marque propose en effet sur son site internet toute une série d’outils afin d’aider les mamans à renforcer leur propre confiance en elles, et par conséquent, celle de leur fille aussi. Objectif? “Promouvoir la vraie beauté et s’éloigner de l’inatteignable beauté parfaite, qui a un impact fortement négatif sur la confiance en soi des femmes de tous âges”. A-men!

Lire aussi: