Home Mode & Beauté Les dangers de la surconsommation expliqués par une blogueuse mode

Les dangers de la surconsommation expliqués par une blogueuse mode

Avec sa passion pour le lipstick coloré et une esthétique à la fois pop et joliment street, la liégeoise Florence Bonsangue a su s’attirer la curiosité des modeuses qui sont nombreuse à suivre ses looks sur Good Girls Wear Sneakers. Un blog lancé pour le plaisir, avant que la passion pour la mode de Florence ne devienne problématique.

Dans un post où elle partage un joli outfit de demi-saison, la Liégeoise a en effet choisi non pas de parler de son inspiration mais bien de se livrer sur son penchant à la surconsommation.

Je suis victime de la surconsommation. Oui. J’ai eu le déclic il y a peu de temps, entre autres grâce à ce look. Depuis, j’essaye de me soigner de cette addiction à l’achat et à tout ce qui va avec.

Ainsi qu’elle l’explique, la réalisation est venue en mettant sur pied l’outfit en question, et en réalisant que bien qu’elle se sente ultra lookée, toutes les pièces étaient « anciennes », dont certaines, comme les sandales, jamais portés. Une claque. « Avant le blog, j’étais celle qui gardait ses fringues 4 ans et qui ne se lassait pas de ses affaires. J’achetais des nouveautés peut-être une fois par mois et c’était le jour du mois que je préférais. Aujourd’hui, j’ai pris goût aux nouvelles tendances, à avoir le hit-bag de l’été, à dénicher des choses originales en magasin, à porter des chaussettes Essentiel Antwerp, à dépasser mon budget pour avoir LA pièce qui allait me combler… le temps de quelques jours ».

En fait, en quelques mois, j’ai perdu la valeur de l’argent… mettre 100€ dans un jogging, je ne l’aurais jamais fait avant.

Et si Florence assure ne pas être acheteuse compulsive, elle fait néanmoins part d’une certaine tendance à la compulsion, avouant passer un nombre d’heures incroyables « sur les sites de vente en ligne (vetements, bijoux, chaussures,…), sur Pinterest pour trouver des idées, sur Instagram pour m’inspirer ».

Jusqu’à ce que ses journées finissent par tourner autour de ses looks.

Je me lasse beaucoup plus rapidement de mes fringues et je suis prise dans cet engrenage de toujours vouloir vous proposer des fringues tendance, actuelles, que vous pouvez vous procurer là, maintenant, tout de suite, online ou en boutique.

La solution trouvée par Florence pour arrêter de surconsommer? Proposer moins de looks à ses lectrices, déjà. Mais aussi se réapproprier les pièces dans son placard. « Dès que j’ajoute un pins ou un patch à un vêtement, c’est comme s’il devenait soudainement nouveau ! ça me fait le même effet quand je change de coque sur mon iPhone ». Et de prévenir ces lectrices que le prochain look posté se fera probablement attendre…

Lire aussi: 
Le témoignage rafraîchissant (et nécessaire) d’une « blogueuse pauvre »
Les 8 secrets des influenceuses qui gagnent de l’argent sur Instagram
L’accessoire venu de Paris que toutes les modeuses s’arrachent

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.