Home Mode & Beauté Le jeans “taches d’herbe” Gucci à 680 euros rend Internet vert de...

Le jeans “taches d’herbe” Gucci à 680 euros rend Internet vert de rage

Gucci
Gucci

À défaut de rivaliser d’imagination pour concevoir des modèles aux coupes inédites ou sublimement intemporelles, certaines marques ne manquent pas de ressources pour proposer des nouveautés au design hallucinant et au prix inversément proportionnel à la beauté du modèle. C’est le cas de ce jeans aux tâches verdâtres proposé par Gucci pour la jolie somme de 680 euros…

On le sait, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Mais le bon sens, c’est autre chose. Ou tout du moins la tendance à proposer, sous couvert du prestige du nom, des articles qui ne se revendraient même pas en brocantes. C’est le cas de ce modèle de jeans masculin mâculé de vert prairie qu’a commercialisé Gucci. L’enseigne italienne de luxe, pourtant connue pour son raffinement et son élégance, affirme avoir souhaité par là surfer sur la tendance “grunge vibes”, très en vogue en cette saison Automne/Hiver 2020. La marque signe d’ailleurs un petit texte explicatif empreint de poésie champêtre, qui aura le mérite de ne convaincre ni les hommes des bois désirant parfaire leur look, ni les rebelles au style rock et à la main verte

Ce pantalon ample en jean est fabriqué à partir de coton biologique traité spécialement pour obtenir un effet taché usé. Gucci revisite ce tissu culte en lui donnant de nouvelles formes et en appliquant des techniques de lavage qui brouillent les lignes entre vintage et contemporain

Si l’on est ravi de savoir que fort heureusement le pantalon a été délavé et sali à l’aide de produits biologiques (il ne manquerait plus que l’herbe soit chimique), reste encore à comprendre la démarche graphique qui a été celle de Gucci pour le coup. Après les baggys, les versions trouées, les slims, ou les tailles hautes, l’enseigne espère-t-elle pousser ses clients masculins à jouer les beaux des champs? Une chose est sûre, ce ne sont pas les puristes du mouvement grunge qu’elle parviendra à convaincre. Difficile en effet de faire plus éloigné du style underground apparu dans la subculture US des années 90, qu’un pantalon à 680 euros, qu’il faudrait surtout veiller à ne pas rendre trop propre par mégarde. Les fans (s’il en existe) seront par contre ravis d’apprendre que le modèle se décline également en salopette, pour une double dose de roulade dans la prairie.

Jouer au prolétaire

Ce n’est pas le premier faux pas du genre pour l’enseigne puisque l’année dernière elle avait déjà succité l’ire de la Toile avec ses baskets GG sneakers, pré salies et usées, comme au sortir d’un chantier de construction. Jouer au pauvre qui met ses mains dans le cambouis ou travaille la terre, comble du nouveau chic? Surtout du mauvais goût viral si l’on en croit les réactions du web, qui s’est déchaîné une nouvelle fois, entre ironie et profonde colère, pointant du doigt le choquant de la démarche. Difficile d’imaginer que le modèle lancera la tendance du GucciGrass mais elle il aura en tout cas clairement éclaboussé la marque d’une bonne couche de dédain virtuel.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

À lire aussi