Home Mode & Beauté Et si la mode nous faisait grossir?

Et si la mode nous faisait grossir?

Tailles élastiques, coupes boyfriend, hauts loose… Rarement la mode a-t-elle été aussi confortable. Trop confortable peut-être? Entre les coupes qui se relâchent et les tailles incohérentes de la fast fashion, la mode actuelle aurait des effets indésirables sur notre ligne.

Louise a beau avoir fait la désagréable découverte il y a quelques semaines déjà, elle le raconte avec encore une note d’incrédulité dans la voix. En l’espace de quelques mois, depuis les fêtes pour être exacte, elle a pris pas moins de 8 kilos. Soit l’équivalent d’environ une taille de vêtements en plus, selon la croyance populaire. Sauf que justement, non seulement Louise n’a pas dû acheter des vêtements plus grands, mais en prime, elle ne s’est sentie à aucun moment serrée dans les siens, au contraire.

Quand j’étais ado, j’ai souffert de boulimie, et depuis que je vais mieux, je ne me pèse plus jamais: je me base sur mes vêtements et comment je me sens dedans. Là, j’étais chez mes parents, alors je n’ai pas résisté à monter sur la balance… Et j’avoue avoir été complètement choquée par le chiffre qui s’est affiché.

En y repensant, Louise avoue avoir trouvé ses joues un peu plus rondes ces dernières semaines (« mais je m’étais dit que c’était les hormones, parce que j’allais bientôt être réglée ») et reconnait s’être parfois sentie un peu lourde (« je me suis dit qu’il faudrait que je mange moins de gluten »). Mais 8 kilos en plus sur la balance? Elle l’affirme, elle ne l’avait pas vu venir, et elle n’avait pas non plus ressenti le poids de ces kilos supplémentaires. La coupable selon elle? Son alimentation, d’accord, mais aussi et surtout, sa garde-robe.

J’ai habité en Suède pendant mon Erasmus, et j’adore la manière qu’ont les filles là-bas de s’habiller: très sobre, pas de logos, des coupes larges et fluides, rien de moulant ou de provocant… Dans mon dressing, il y a beaucoup de pantalons taille élastique, que je porte avec des hauts oversize, et quelques jeans coupe boyfriend.

Autant dire: des pièces dans lesquelles on se sent aussi confortable le ventre vide qu’après un festin arrosé entre copines… voire même, avec quelques kilos clandestins supplémentaires. Et Louise n’est pas la seule à faire ce constat.

Problème de taille

Sur son blog où elle chronique sa perte de poids, l’Américaine répondant au pseudonyme de Foodie McBody est sans appel: sa marque de vêtements de choix « l’a rendue grosse ». Adepte des coupes fluides et larges du label Eileen Fisher, « qui permettaient de dissimuler mes kilos en trop en beauté », la blogueuse a fini par se rendre compte que ses vêtements lui dissimulaient aussi ses fluctuations de poids.

Le problème, c’est que vu que tous mes vêtements étaient amples, à taille élastique, et sans aucune tirette, je n’avais jamais aucune idée de mon poids, si je grossissais ou non, si j’avais trop mangé et que mon pantalon me serrait… J’aurais pu prendre 15 kilos et ne jamais m’en rendre compte. D’ailleurs, c’est un peu ce qui m’est arrivé.

Et ce qui nous arrive à toutes? Si les études aiment pointer du doigt que les femmes aujourd’hui portent des tailles plus grandes qu’il y a 50 ou 60 ans, et que Marilyn Monroe, icône pulpeuse de son époque, célèbre pour sa taille 42, rentrerait probablement dans un 38 actuel, peu se penchent sur l’évolution vestimentaire. Or, difficile de ne pas voir un lien entre l’élargissement des tailles des femmes, et la disparition des vêtements à taille serrée, aux boutons ajustés et aux coupes peu prévenantes en cas d’abus des bonnes choses. Le pire? Même les vêtements de sport s’y mettent.

Illusion textile

Dans un article publié en marge de la Fashion Week de janvier, le Daily Telegraph l’affirmait sans détour: vos tenues de sport vous rendent grosses. Et au-delà du titre gentiment pute à clic, la réflexion développée dans l’article avance quelques arguments de taille, qui risquent de rappeler quelque chose à celles qui se sentent immédiatement canon quand elles enfilent leur legging.

N’importe quel vêtement à base de Lycra est clairement pensé pour pouvoir s’étirer à la bonne taille, ce qui veut dire que vos vêtements de sport s’élargissent et se contractent au rythme de votre corps. Mais aussi qu’ils vous serrent bien, ce qui vous donne l’impression d’un corps plus svelte et plus ferme. Qui a besoin de se tracasser de son poids quand son legging lui fait des fesses d’enfer?

Et si le Daily Telegraph en profite pour parler des nouveaux vêtements garantis sans Lycra qui diminuent les excès, peut-être qu’il faut simplement choisir de se concentrer sur la question en elle-même, et élargir son spectre: pourquoi se tracasser de son poids quand on trouve des vêtements dans lesquels on se sent belle et à l’aise?

Confort garanti

Après tout, suivant l’époque sur laquelle on se penche, et l’endroit du globe où on choisit de se poser, être d’une maigreur quasi squelettique peut-être considéré comme sublime, ou à l’inverse, il s’agit d’avoir les courbes généreuses d’une muse de Botticelli pour être jugée belle. La variable qui ne change(ait) pas? Le fait que certaines femmes aient du mal à trouver des vêtements dans lesquels elles se sentaient séduisantes et confortables, quelle que soit leur taille. Une injustice qui pourrait bientôt appartenir au passé, sauf si les shorts cyclistes s’entêtent à vouloir faire un come-back dans la tendance. Reste que pour maintenir son poids au baromètre des vêtements, sans passer par la balance, Foodie McBody recommande quelques ajustements stylistiques.

« J’ai remplacé mes pantalons à taille élastique par des jeans boutonnés, taille haute de préférence. Ils sont légèrement serrants, mais ça me plaît comme ça, parce que tout au long de la journée, ils sont un rappel que je suis ravie de rentrer dedans, et que j’ai envie que ça continue. Quand j’ai envie d’attraper un paquet de chips, ça me calme ». Un point de vue auquel la blogueuse Beth Feldman fait écho, allant jusqu’à affirmer que « les vêtements amples sabotent toutes les tentatives de perte de poids ».

Avec ce type de vêtements, tout particulièrement les joggings, qui sont pourtant redevenus incroyablement tendance, c’est impossible de dire si vous avez pris du poids, car le tissu s’adapte pour que vous soyez toujours confortable.

Une mauvaise chose, ou une bénédiction au fond? L’important, après tout, ce n’est jamais que de se sentir bien dans ses vêtements, que leur taille soit élastique ou pas.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.