Home Mode & Beauté En Corée du Sud, les femmes se rebellent contre les standards de...

En Corée du Sud, les femmes se rebellent contre les standards de beauté

eyeshadow mix with brush on white background; Shutterstock ID 71696479; Purchase Order: -

La passion des Coréennes pour la beauté n’est plus à prouver, les beautistas de toute la planète s’arrachant leurs produits kawaii et leurs traitements ultra pointus. Mais derrière la mignonnitude des masques en forme de panda se cache le poids de standards inatteignables, contre lesquels les femmes ont décidé de se rebeller.

S’il vous arrive encore de vous endormir avec votre maquillage après une soirée arrosée, en Corée du Sud, la peau est traitée avec respect et la routine beauté reflète cette révérence. Pas de trio toner-BB cream-blush pour les Coréennes: les soins de la peau comptent souvent plus de 10 étapes, et sont respectés religieusement par la plupart des femmes. Et tant pis si cela implique de devoir mettre son réveil plusieurs heures en avance: pour obtenir le teint pâle et lumineux qui fait fureur dans le pays, hors de question de sauter l’étape du peeling et du nettoyage de la peau à la vapeur avant d’appliquer son maquillage.

Une renaissance

Pour Cha Ji-won, cette routine contraignante a commencé dès l’âge de 12 ans, et à la vingtaine, elle dépensait chaque mois près de 100 euros en produits et cosmétiques variés. Avec son teint frais et ses cheveux platines méticuleusement coiffés, elle avait tout de la jolie poupée. Jusqu’à ce qu’elle décide qu’elle en avait assez.

Quand j’ai pris la décision d’arrêter de me maquiller, ça a été une véritable renaissance pour moi. Les stocks d’énergie mentale ne sont pas illimités, et j’en consacrais énormément à me tracasser de savoir si j’étais jolie ou pas. Maintenant, j’utilise ce temps précieux pour lire ou faire du sport.

Quitte à décevoir sa mère qui, quand elle a vu la nouvelle coupe et le teint nu de sa fille, s’est exclamée qu’elle avait un fils maintenant. Et Cha Ji-won n’est pas la seule à envoyer valser les attentes des autres et ses produits de beauté.

Fini le corset

Leur cri de ralliement? « Escape the corset », soit se libérer du corset étouffant d’une société qui attend d’elle une perfection difficile à atteindre, en plus d’être extrêmement couteuse et chronophage. Et pour symboliser cette libération, les Coréennes n’hésitent pas à se filmer en train de détruire leurs stocks de maquillage.

J’étais embarrassée de sortir sans m’être maquillée avant… Je n’en reviens pas d’avoir accordé tant de pouvoir à tous ces produits alors qu’ils sont si faciles à casser.

Le plus beau dans tout ça? Ce mouvement de libération s’inscrit dans une vague de protestations des Coréennes, qui en ont assez de ne toujours pas être considérées comme égales aux hommes dans leur société patriarcale. Car si avoir la pression de passer des heures à se maquiller le matin est injuste, ne pas toucher le même salaire ni même avoir des droits égaux l’est encore plus. Et les Coréennes sont de plus en plus nombreuses à descendre dans la rue pour réclamer que les choses changent – avec ou sans maquillage sur le visage.

De son côté, l’industrie de la beauté (qui représente un budget avoisinant les 10 milliards d’euros dans le pays) est en train de recalibrer son message, et de proposer de plus en plus de produits dédiés aux hommes… Sans savoir si eux auront la patience de se réveiller plus tôt pour prendre soin de leur peau.

Lire aussi:
Erborian, les soins coréens qui séduisent les stars
Les Coréennes se font tatouer les oreilles pour contourner la loi
La marque coréenne Tonymoly débarque en Belgique et c’est trop kawaii

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.