Home Lifestyle Animaux En Wallonie, un permis pourrait être bientôt nécessaire pour posséder un animal

En Wallonie, un permis pourrait être bientôt nécessaire pour posséder un animal

shutterstock
shutterstock

Le code wallon du bien-être animal, projet mené par le Ministre Carlo Di Antonio, verra sans doute bientôt le jour. Et il dispose de toute une série de mesures ambitieuses pour nos amis les bêtes, dont la création de permis pour détenir un animal.

“Les animaux ne seront bientôt plus considérés comme des objets mais bien comme des êtres sensibles qui possèdent des besoins et une dignité.” C’est ce que l’on peut lire dans l’avant-projet du code wallon du bien-être animal, considéré comme révolutionnaire dans le domaine et qui entend bien changer la situation actuelle. Il a en effet pour but d’interdire l’élevage des poules pondeuses enfermées dans des cages et des poneys de kermesses. Mais il ne s’arrête pas là, puisque dorénavant les espaces de vie des chiens seraient réglementés et devraient répondre à des normes précises. Enregistrer son animal coûterait également plus cher. 20€ s’il s’agit d’un chien et 5€ si c’est un chat, en plus des 50€ demandés actuellemement. Le montant de cette contribution supplémentaire serait affecté à un Fonds pour le bien-être animal, en vue d’être redistribué aux refuges pour des investissements dans les infrastructures.

Vous avez votre permis ?

Mais la grande innovation de ce code wallon serait l’attribution de permis pour pouvoir posséder un animal. En effet, tout individu de minimum 18 ans recevrait une licence par défaut, qui lui serait retirée pour une durée de 3 mois à 3 ans s’il se rendait coupable de maltraitance animale, ou de manière définitive en cas de récidive. Un agent sanctionnateur se chargerait de retirer le permis en question et une base de données reprenant les personnes «interdites d’animaux» serait créée et mise à disposition des forces de l’ordre.  Cette nouvelle mesure pourrait être une solution pour diminuer la maltraitance domestique envers nos fidèles compagnons. Des actes de cruauté encore très répandus aujourd’hui et qui passent trop souvent inaperçus. Nous à la rédaction on approuve l’idée à 100%.

A lire également: