Home Lifestyle Société Les femmes belges deviennent mamans de plus en plus tard

Les femmes belges deviennent mamans de plus en plus tard

En 2017, la proportion de femmes belges mamans pour la 1e fois à 39 ans a augmenté de 10%, tandis que celle de Belges qui ont accouché de leur premier enfant après 50 ans a doublé. Un choix de vie qui n’a pas que des conséquences négatives, au contraire.

C’est le Saint-Graal de la femme moderne, la quête qui consume chaque journée et même nos rêves, lorsqu’on s’écroule enfin au lit épuisées: tout avoir. La carrière en or, épanouissante et lucrative, la bande de potes soudée, la famille unie, le mec parfait avec lequel on enchaîne les dates même si ça fait des années qu’on est ensemble, le corps décomplexé qu’on soigne à coup de séances de sport. Tout avoir. Quitte à laisser peu de place pour un bébé dans ce tourbillon de tâches à accomplir et d’obligations sociales à caser. Résultat, les femmes ont des enfants de plus en plus tard, et la Belgique n’est pas en reste: selon les statistiques rassemblées par Eurostat et diffusées par nos confrères du Standaard, en 2017, 1 410 femmes de plus de 39 ans ont accouché de leur premier enfant, soit 9.9% de plus qu’en 2015. Les premières maternités de femmes de plus de 50 ans sont également passées de 6 à 13 sur le même laps de temps. Parce que « tout avoir », ça ne se fait pas en deux jours, et il est parfois difficile de jongler avec les priorités, quitte à repousser la maternité à (beaucoup) plus tard.

Un phénomène qui touche de plus en plus de jeunes Belges. Pour Louise, 32 ans, qui termine son assistanat en médecine, la question ne s’est tout simplement pas posée avant, sa formation en chirurgie étant particulièrement demandante niveau horaires. Et elle n’est pas la seule de sa bande à avoir repoussé la maternité à une date indéterminée.

Même mes potes qui ont des carrières a priori plus cool niveau horaires ne pensent pas encore à pouponner. On n’est pas encore prêtes à dire adieu à la liberté de pouvoir sortir, voyager et faire des nuits blanches quand on en a envie »

Et tant pis si, plus elles sont repoussées, plus les grossesses présentent des risques, notamment de pathologies chromosomiques chez l’enfant, mais aussi de naissances prématurées ou encore de diabète gestationnel chez la maman. Penser d’abord carrière et épanouissement personnel et puis bébé, un pari risqué? Oui… et non! Interrogée par le Standaard, la sociologue Inge Pasteels offre un point de vue rafraîchissant sur la question. Selon elle, avoir une maman plus âgée n’est pas forcément négatif pour le développement de l’enfant, au contraire. « Il voit le jour dans une famille très stable, souvent plus stable que lorsque les parents sont plus jeunes. Généralement, les parents ont déjà établi leur carrière, gagnent bien leur vie et ont connu d’autres changements relationnels, qui sont désormais derrière eux ». Et sinon, au-delà des avis socio-médicaux, il est important de rappeler aussi que l’âge idéal pour qu’une femme devienne mère, c’est quand elle se sent prête.

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.