Home Lifestyle Société Les décorations de Noël « Auswchitz » d’Amazon nous filent les boules

Les décorations de Noël « Auswchitz » d’Amazon nous filent les boules

auschwitz getty images

« Vendre des décorations de Noël avec des images d’Auschwitz ne semble pas approprié », a condamné sur Twitter le musée d’Auschwitz-Birkenau, après avoir découvert qu’Amazon vendait des boules de Noël ou des décapsuleurs à l’image du camp de concentration. Après avoir vendu un costume d’Halloween à l’effigie d’Anne Frank, le géant de l’e-commerce se trouve à nouveau dans la tourmente et semble ne pas avoir retenu la leçon.

« Tiens et si on innovait cette année en proposant des boules de Noël à l’image d’Auscwhitz? » « Ah ouais, super idée, t’imagines les super souvenirs que ça va raviver autour de la table? ». Mieux vaut tenter d’en rire qu’en pleurer, mais le constat est navrant: un vendeur de décorations de Noël et souvenirs de Pologne sur Amazon a eu l’idée pour le moins saugrenue d’orner certains de ses produits d’images du camp d’Auschwitz. Alors certes, tel le château de Lublin ou la sirène de Varsovie, le camp de concentration est « indissociable » du pays, et attire chaque année d’innombrables visiteurs. C’est aussi, et surtout (il ne faudrait pas l’oublier), les vestiges du plus grand complexe concentrationnaire du Troisième Reich, un camp de concentration et d’extermination où plus d’un million cent mille hommes, femmes et enfants sont morts, dont 900 000 le jour même de leur arrivée. L’opposé même de la « magie de Noël », en somme, et un passé tragique qu’il serait bon d’honorer.

Dès que l’attention du musée d’Auschwitz-Birkenau a été attirée sur ces décorations pour le moins de mauvais goût, il s’est donc empressé de les dénoncer sur Twitter, mais aussi et surtout d’appeler Amazon à les retirer de son stock. Dont acte: face au tollé international suscité par ces gadgets à l’image du camp de la mort, Amazon s’est empressé de les enlever de la vente, et de partager une réaction par communiqué dans la foulée. Contacté par la version américaine du Huffington Post, le géant de la vente en ligne a affirmé avoir suivi les règles du site dès qu’il a eu vent des décorations mises en vente.

Tous les vendeurs doivent suivre nos consignes de vente, et ceux qui ne le font pas seront susceptibles d’être punis, voire même de voir leur compte supprimé »

Problème: il aura fallu un tollé médiatique pour qu’Amazon réalise que les décorations de la discorde avaient été mises en vente, et accessoirement, toutes n’ont pas été immédiatement retirées de la boutique. Si les boules de Noël et le décapsuleur ont immédiatement disparu, il était encore possible plusieurs heures après le « nettoyage » d’Amazon de se procurer un « porte-clé duo pour la Saint-Valentin » orné des wagons à bestiaux utilisés pour transporter les déportés à Auscwhitz.

capture d'écran amazon feng poland

Plus problématique, encore: ce n’est pas la première fois qu’Amazon est accusé d’autoriser la vente d’articles à connotation, si pas ouvertement antisémite, tout du moins fort peu respectueuse de la mémoire de la Shoah. En 2017, des internautes avaient ainsi dénoncé coup sur coup le fait qu’on puisse acheter un déguisement d’Anne Frank sur le site, ainsi qu’une « blessure d’Holocauste ». À l’heure actuelle, il est notamment toujours possible d’acheter des déguisements de « petite fille évacuée ». Alors certes, il est primordial de se souvenir du passé afin qu’il ne se reproduise jamais, mais quelque chose nous dit que ce n’est pas en se déguisant comme un enfant de la 2GM ou en ouvrant ses bières avec un décapsuleur orné de la façade d’Auscwhitz qu’on va faire avancer la situation…

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.