Home Lifestyle Société FAUT QU’ON PARLE: non, une femme en maillot sur la plage n’est...

FAUT QU’ON PARLE: non, une femme en maillot sur la plage n’est pas « provocante »

Dimanche dernier, M6 diffusait  « Opération minceur: un corps parfait pour la plage mais à quel prix? » consacré aux différentes manières d’affiner son corps avant l’été. Au détour du reportage, gros plan sur Chloé, 25 ans, et sa silhouette « sexy et provocante ». Sauf qu’en fait, non.

Non, une meuf ultra bien foutue n’est pas forcément « provocante ». Elle ne cherche pas forcément les regards, peut-être simplement à se plaire dans le sien. Et alors non, non, non: une femme en bikini ou maillot sur la plage n’est certainement pas provocante, pas plus provocante que celles qui mettent des jupes courtes en été pour éviter la chaleur, pas parce qu’elles sont « faciles » et veulent se faire siffler ou pire.

C’est une silhouette sexy et provocante qu’elle exhibe sans pudeur sur la plage de Bastia. À 25 ans, Chloé est très fière de dévoiler ses formes à notre caméra. Si cette jeune cantatrice est aussi décomplexée, c’est qu’elle a perdu six kilos en seulement trois mois. Elle a atteint son objectif bikini pour l’été.

Heureusement, les mentalités changent, lentement mais sûrement, et si la voix-off de l’émission s’est permise ce commentaire désobligeant et carrément rétrograde, les internautes n’étaient pas prêts à le laisser passer.

Qualifier une jeune femme de ‘provocante’ car en maillot de bain sur la plage à la demande du journaliste, on croit rêver!

Un cauchemar, plutôt, car ainsi que l’ont très justement fait remarquer plusieurs internautes, partir du principe qu’une femme en maillot est provocante s’inscrit dans la culture du viol qui veut que certaines femmes l’aient « bien cherché » en s’habillant de manière « aguicheuse ».

Et face à la levée de boucliers engendrée par son reportage, M6 n’a pas eu d’autre choix que de présenter des explications au HuffPost.

Pour illustrer ce sujet, un plan du corps de Chloé était important pour montrer son évolution et le résultat atteint. Rétroactivement, il nous apparaît que l’utilisation du mot ‘provocante’, est sans doute trop fort et effectivement inadéquat. La journaliste souhaitait simplement mettre en avant que Chloé est complètement décomplexée, fière et ravie que cette nouvelle méthode pour mincir ait fonctionné.

Une erreur honnête, donc? Ou plutôt, la manifestation d’une société qui envoie encore le message aux femmes que leur séduction et leur physique sont extrêmement importants, mais que si elles en jouent trop, elles s’offrent à la merci des jugements de valeur, voire pire. Et ça, pour le coup, on trouve ça sacrément provoquant. Provoquant de la colère, même.

Lire aussi:
Emma nous raconte en BD la culture du viol
Pour 1/4 des hommes, le harcèlement sexuel au travail est normal
Getty Images va interdire les photos de corps retouchés

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.