Home Lifestyle Société Comment le bouillon Maggi a lancé un débat sur le rôle des...

Comment le bouillon Maggi a lancé un débat sur le rôle des femmes au Nigeria

En lançant une campagne publicitaire destinée à présenter le cube de bouillon comme l’allié essentiel de la femme nigériane moderne, Maggi était loin de s’imaginer que cela allait lancer un débat à l’échelle nationale. Et pourtant, suite à la diffusion du spot, les femmes ont décidé que la soupe était pleine.

La femme qui s’agite à l’écran a tout pour elle. Tout à la fois mère aimante, épouse dévouée et séduisante, femme d’affaires à succès et cuisinière hors-pair, elle incarne cet équilibre qui échappe à tant de femmes. Mais elle, elle y arrive. Grâce à son cube de bouillon Maggi, dont la marque assure qu’il est l’allié essentiel de la femme active et urbaine. Une femme qui affirme en souriant dans la dernière séquence de la pub « aimer tout ce qu’elle fait ». Sauf que justement, elle en fait un peu trop selon les internautes.

En Afrique, c’est la révolution (culturelle) de l’homosexualité féminine

Si certaines ont salué le fait qu’on montre dans la campagne une femme à poigne, qui allie famille unie et succès professionnel, d’autres ont rapidement fait remarqué que porter toutes les casquettes était le meilleur moyen de perdre la tête. Et la presse nigériane de se demander si finalement, la pub Maggi montre une « Superwoman ou super-esclave? ».

Pour la journaliste radio indépendante Jola Ayeye, si la publicité reflète une norme sociale réelle, elle a aussi un effet pervers.

Cela renforce aussi les stéréotypes contre lesquels chaque femme nigériane tente de lutter. Il est difficile de travailler de l’aube jusqu’au soir, particulièrement d’accomplir des tâches domestiques qui devraient être partagées. Ça n’a rien de mignon ou de sexy en 2018, soyons réalistes.

Et pourtant, au Nigeria, les mentalités mettent du temps à évoluer. En 2016, Muhammadu Buhari, avait ainsi repris sa femme de volée en pleine conférence de presse en Allemagne. Alors que celle-ci faisait part de son avis sur la politique de son mari, il avait tempêté que la place des femmes est « dans la cuisine et dans l’autre pièce », la chambre, en l’occurence. Une place qui ne convient plus aux Nigérianes, qui vivent une émancipation 2.0 grâce à l’ouverture apportée par Internet et les réseaux sociaux. De son côté, Nestlé Nigeria, à qui appartient Maggi, a affirmé que « la société nigériane évolue rapidement et nous voulons prendre part à ce changement ». En montrant un homme en cuisine et une femme au travail la prochaine fois?

Lire aussi:
Au Japon, le sexisme coûte des points aux étudiantes en médecine
Malgré les dangers, le blanchiment de peau séduit toujours plus en Afrique

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.