Home Lifestyle Société Au Texas, un médecin peut violer une patiente sans passer par la...

Au Texas, un médecin peut violer une patiente sans passer par la case prison

Il y a 4 ans, Shafeeq Sheikh, un médecin originaire de Houston, a profité des calmants puissants administrés à une patiente pour la violer dans sa chambre d’hôpital. Vendredi dernier, un tribunal l’a reconnu coupable, mais n’a toutefois pas jugé bon de l’envoyer en prison.

Techniquement, le Serment d’Hippocrate n’a pas de valeur juridique, et pourtant, il établit pour les soignants un système de valeurs qui contribue à créer une relation de confiance avec le patient. Au moment de prêter serment, les futurs médecins promettent de s’abstenir de tout mal et de toute injustice envers les patients, de dévouer leur vie à les soigner, mais aussi de les traiter avec le plus grand respect.

Dans quelque maison que j’entre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes.

Une promesse qu’a faite Shafeeq Sheikh comme ses autres confrères, mais qu’il n’a pas respectée: en 2013, alors qu’une jeune femme gravement asthmatique était hospitalisée au Ben Taub Hospital, il est entré dans sa chambre et a abusé d’elle a trois reprises. Et si le Serment d’Hippocrate n’a pas de valeur juridique, c’est parce que ce sont les lois nationales qui priment. Or, si le système légal condamne bien le viol aux Etats-Unis, Shafeeq Sheikh n’a pas été condamné à la moindre peine d’emprisonnement suite à ses actes.

Une victime inconsciente

Selon le témoignage de sa victime, elle avait été hospitalisée après une crise d’asthme particulièrement sévère, et était à moitié inconsciente après qu’on lui ait administré des calmants puissants. Shafeeq Sheikh serait alors entré dans sa chambre en disant devoir examiner sa poitrine… avant de se livrer à des attouchements sur ses seins et son vagin. Un manège malsain qui se serait reproduit une deuxième fois, jusqu’à ce qu’il la viole à sa troisième visite dans la chambre. Le lendemain matin, la patiente a immédiatement demandée à ce qu’on lui fasse les tests nécessaires pour prouver qu’elle avait été violée, le profil ADN établi de la sorte impliquant Shafeeq Sheikh, dont le badge montrait également qu’il était à l’étage de la patiente aux moments où elle dit que les agressions ont eu lieu. Il n’en fallait pas plus pour qu’il soit renvoyé sur le champ et que l’Ordre des médecins du Texas décide de lui retirer le droit d’exercer la médecine. Mais au tribunal, il n’en a pas été de même.

Perdu la tête

Bien que l’ayant déclaré coupable, et alors même que le viol est puni de peines allant de 2 à 20 ans de prison au Texas, les jurés ont recommandé que Shafeeq Sheikh reçoive uniquement une période de probation. Un avis dont on peut se demander jusqu’à quel point il a été motivé par la stratégie des avocats de la défense, qui ont tout fait pour diaboliser la victime.

Il a fait une erreur, mais c’est elle qui l’a séduit, il ne l’a pas agressée sexuellement. D’un côté, vous avez cette Latina hyper sexy avec ses faux seins, et de l’autre, ce nerd quadragénaire… Elle l’a rendue fou et il a perdu la tête.

Et le jury aussi? Malgré le rappel de l’avocate de la victime que cette défense était ridicule et que les hôpitaux sont supposés être des endroits où l’on est en sécurité, Shafeeq Sheikh s’en sort avec dix ans de probation. Sa victime, elle, est condamné à revivre les événements de ce soir-là à vie. « Le pire, c’était le sentiment de ne rien pouvoir faire pour l’en empêcher. J’avais conscience de ne pas pouvoir me sauver, et c’était horrible ».

Lire aussi: 
Ed Westwick accusé de viol, la justice a tranché
Des violeurs acquittés parce que la victime avait bu de l’alcool
Comment les mécanismes de défense en cas d’agression sexuelle handicapent les victimes

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.