https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/
Home Lifestyle Société Au Québec, le français pourrait devenir dégenré

Au Québec, le français pourrait devenir dégenré

Back to school background with rocket made from pencils ; Shutterstock ID 301162325; Projectnummer/WBS-nummer: -; Uitgave/Naam lesmethode: -; Redacteur/Traffic manager: -; Anders: -

Il y a quelques mois, la langue inclusive a fait débat, proposant de révolutionner l’orthographe que certain.e.s perçoivent comme sexiste. Aujourd’hui, le Québec va plus loin dans la neutralité en proposant carrément un français dégenré.

Un groupe d’étudiants qui militent pour la cause LGBTQIA+ vient en effet de proposer aux professeurs de l’université de Montréal d’adopter une langue neutre. Et pour les convaincre, ils n’ont pas ménagé leurs efforts puisque ce ne sont pas moins de 1 500 exemplaires de leur Petit guide des enjeux LGBTQIA+ à l’Université qui auraient été distribués dans les boîtes aux lettres de certains membres du corps professoral de l’établissement. Et si les auteurs de ce guide sont tous étudiants doctorants au sein de la faculté, on ne peut pas s’empêcher de trouver que leur français dégenré sonne un peu bizarrement. Exemple:

Ceuzes qui sont contributeurices sont heureuxes

Bizarre, on vous dit. Et plutôt casse-tête à écrire entre la pluie de x et de z et les terminaisons à rallonge. Car les auteurs du projet vont plus loin que la simple écriture inclusive, en proposant notamment des pronoms inusités tels que “ille (s)”, “iel (s)” ; “cellui” ; “celleux”, “ceuzes” mais aussi des néologismes comme “heureuxes” ou “nombreuxes”. Et de reconnaître tout de même que ces manières d’écrire pour le moins inhabituelles “peuvent demander un temps d’entraînement pour être bien maîtrisés, ce qui ne les rend pas moins bénéfiques“. Si on est les premières à applaudir toutes les initiatives qui veulent faire avancer l’égalité des sexes, on a tout de même l’impression que là, maintenant, il y a d’autres changements plus bénéfiques à faire. Sans rancune les Québécois, soyez pas malheureuxes.

Lire aussi: 
314 professeurs s’engagent à ne plus enseigner que le masculin l’emporte sur le féminin
Le bad buzz de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur l’égalité des sexes
Pourquoi la Journée des Droits des Femmes ne sert à rien