Home Lifestyle Société Apu disparaît des Simpsons, et c’est une bonne et une mauvaise nouvelle

Apu disparaît des Simpsons, et c’est une bonne et une mauvaise nouvelle

Son accent prononcé a été souvent imité mais rarement égalé, tout comme sa gentillesse et sa patience surhumaines envers l’insupportable Homer. Après 28 ans de bons et loyaux services, Apu fait pourtant ses adieux aux Simpsons, chassé de Springfield par la polémique autour de son personnage.

Car si les créateurs de la série on voulu créer en Apu un personnage comique, il ne fait pas rire tout le monde. En cause, l’image caricaturale qu’il renvoie de la communauté indienne aux États-Unis, tant à cause de son accent à couper au couteau que de son comportement servile. En avril dernier, le comédien Hari Kondabolu avait été jusqu’à consacrer un documentaire entier dédié au personnage d’Apu Nahasapeemapetilon, The problem with Apu. Dans celui-ci, il avançait notamment que les créateurs des Simpsons avaient fait de l’épicier une accumulation de clichés sur les personnes originaires d’Asie du Sud, portrait d’autant plus gênant que la communauté indienne manque justement de représentativité à l’écran.

Racisme insidieux

Ainsi que l’explique Hari dans son documentaire, il a grandi en regardant les Simpsons, et était d’abord plutôt fan du propriétaire du Kwik-E-Markt. “C’était le seul Indien qu’on voyait à la télé, et pour moi, c’était super de voir quelqu’un comme moi à l’écran”. Jusqu’à ce qu’il réalise en grandissant qu’il ne voulait pas forcément être associé au personnage d’Apu.

Il est drôle, mais cela ne veut pas dire pour autant que son personnage soit représentatif, ni même particulièrement correct. Apu est l’exemple même du caractère insidieux du racism, parce que parfois, même si ça se passe juste sous vos yeux, vous ne le réalisez pas.

Un point de vue partagé par les autres participants au documentaire, dont les acteurs Aziz Ansari, Kal Penn ou encore Whoopi Goldberg. Pour cette dernière, le personnage n’est rien de plus qu’une version indienne de la « blackface », procédé qui voit des personnes blanches se peindre le visage et adopter un parler caricatural pour « jouer au Noir ». Hank Azaria lui-même, l’acteur responsable du doublage d’Apu ainsi que des voix d’autres personnages de la série, avait reconnu en 2015 déjà que l’épicier à l’accent prononcé pouvait être une source de moqueries pour les enfants d’origine indienne.

via GIPHY

Un gigantesque pas de côté

Pourtant, face à la polémique, la réponse des créateurs des Simpsons a été, sans surprise, de tenter d’en rire. Dans l’épisode « No good read goes unpunished », Marge trouve un livre qu’elle adorait étant petite, et, réalisant que son contenu est offensant, décide de le réécrire, avant de trouver que le livre édité de la sorte perd en émotion. Gros plan sur elle et Lisa regardant une photo d’Apu, et commentant que « quelque chose qui a commencé il y a des décennies et était applaudi à l’époque est désormais politiquement incorrect ». Une réponse qui n’avait pas satisfait les détracteurs de la représentation d’Apu, Hari Kondabolu en tête, qui s’était dit déçu que le message de son documentaire soit réduit au concept de « politiquement incorrect », sans prendre en cause la souffrance et les moqueries causées par le personnage d’Apu. Un aveuglement dont Hank Azaria s’était entre temps débarrassé, affirmant début mai 2018 qu’il était prêt à ne plus faire la voix du personnage.

L’idée que quiconque ait pu être moqué ou harcelé sur base du personnage d’Apu me rend très triste. Ce n’était pas du tout mon intention : je voulais apporter de la joie et du rire aux gens. Je pense qu’il est primordial d’écouter les Indiens, et de leur ouvrir les portes de la rédaction, tant du personnage mais aussi de la manière dont il parle.

via GIPHY

Un appel qui n’était pas resté lettre morte : le producteur Adi Shankar avait notamment fait appel aux scénarios pour trouver une solution intelligente à la problématique. Et d’affirmer avoir trouvé le scénario parfait, qui permettait de faire évoluer « un personnage créé par des mâles blancs dominants venus de Harvard ». Une solution qui est arrivée trop tard, puisque les créateurs de la série avaient déjà pris la décision de supprimer le personnage. Autrement dit, ainsi que le regrette Adi Shankar, de ne faire « ni un pas en avant, ni un pas en arrière, mais bien un gigantesque pas de côté qui ne résout rien ». Si les Simpsons auront raté une occasion de faire avancer le débat, Adi Shankar, lui, a promis qu’il allait diffusé le scénario alternatif sur sa propre chaîne Youtube. médecin du Maryland, il a d’ores et déjà promis de diffuser celui-ci sur sa chaîne Youtube.

Lire aussi: 
Pendant 23 ans, presque personne n’a remarqué cette erreur dans les Simpsons
En Australie, une fillette de 9 ans lance un débat national sur le racisme
Voilà pourquoi les Simpsons sont jaunes

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.