Home Lifestyle Santé Enora Malagré va se faire retirer l’utérus à cause de l’endométriose

Enora Malagré va se faire retirer l’utérus à cause de l’endométriose

Reporters / Starface

Énora Malagré vient d’annoncer qu’elle allait se faire enlever l’utérus à cause de l’endométriose, cette maladie qui cause d’horribles douleurs au niveau de l’utérus. La star du petit écran explique les raisons de sa décision.

Dans les lignes de Paris Match, l’animatrice a fait part de son choix concernant sa santé. « J’ai pris la décision de me faire retirer l’utérus ».

À 37 ans, c’est jeune, mais je dois avancer ».

La cause: des douleurs menstruelles atroces qui empêchent bien souvent les femmes de vivre normalement. L’endométriose se caractérise par le développement de tissus en dehors de l’utérus et provoque des règles ultra douloureuses. Avec une opération qui consiste à enlever l’utérus, les patientes n’ont plus leurs règles et arrêtent de souffrir le martyr. C’est pour ce choix qu’a opté Enora Malagré.

« À l’époque de TPMP, j’ai fait jusqu’à trois fausses couches par an: ça m’a bouffé la vie! Quand je suis en crise, je peux être HS pendant quarante-huit heures » explique-t-elle à Paris Match. Mais l’hystérectomie implique également de renoncer à une grossesse. Raison pour laquelle l’animatrice redoute déjà les suites de sa décision: « Je ne vous cache pas que psycho­lo­gique­ment parlant, ça me fait un peu peur d’en­vi­sa­ger de ne plus avoir d’uté­rus à mon âge. Déjà que c’est compliqué d’avoir des enfants, là ça serait la dépression ».

L’endométriose touche une femme sur dix en âge de procréer. Cette maladie n’est reconnue que depuis très peu de temps. Selon Endofrance, « l’endométriose est une maladie complexe. On a même coutume de dire qu’il n’y a pas une mais ‘des’ endométrioses car cette maladie ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre. Il n’existe pas de certitudes concernant l’endométriose si ce n’est qu’elle revêt différentes formes à différents endroits selon différentes proportions d’une femme à l’autre ».

Dès lors, les possibilités de traitement sont limitées et le diagnostic n’est applicable qu’en cas de symptômes récurrents, ce qui n’est pas toujours le cas des nombreuses femmes atteintes.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.