Home Lifestyle Santé ENDOMÉTRIOSE: les règles, c’est naturel. Pas la douleur!

ENDOMÉTRIOSE: les règles, c’est naturel. Pas la douleur!

Info-Endométriose

Première cause d’infertilité dans le monde, l’endométriose touche au moins une femme sur dix. Pourtant, elle est encore méconnue tant parmi le corps médical qu’auprès des pouvoirs publics. En vue de la faire connaître et de mieux la traiter, l’association Info-Endométriose lance une campagne en Belgique.

« Les règles, c’est naturel. Pas la douleur ». À travers ce slogan, Info-Endométriose veut conscientiser l’Europe et ses citoyens à cette maladie parfois dévastatrice. L’association est portée par Chrysoula Zacharapoulou, chirurgienne-gynécologue de renommée internationale et l’actrice Julie Gayet. Ensemble, elles se font le relais auprès des pouvoirs publics mais aussi des patientes.

Aujourd’hui, elles lancent leur campagne en Belgique en collaboration avec Assita Kanko, auteure engagée et dévouée aux droits des femmes.

C’est quoi l’endométriose?

Au début du cycle menstruel, l’endomètre devient plus épais avant de s’éliminer naturellement. C’est alors que surviennent les règles. Mais chez certaines femmes, l’excèdent de tissus ne s’évacue pas correctement et des cellules migrent dans l’abdomen. Cette migration des tissus va provoquer des douleurs et des lésions chez la femme. C’est ce qu’on appelle l’endométriose.

Au-délà des douleurs et des complications, l’endométriose est aussi la première cause d’infertilité dans le monde. Elle touche au moins une femme sur dix. C’est-à-dire qu’une femme sur dix présente les symptômes de la maladie et est suivie médicalement. Puis, il y a toutes les autres. Celles dont les symptômes ne sont pas visibles, celles qui n’ont pas conscience que la douleur n’est pas normale, celles qui n’osent pas en parler. Et celles qui ne sont pas entendues.

Chrysoula Zacharapoulou explique: « certaines patientes doivent attendre dix ans pour avoir un diagnostic. Avant ça, elles peuvent se faire appeler ‘hystériques’ ou s’entendre dire que c’est dans leur tête. Or, plus la maladie est dépistée tôt, au mieux elle peut être traitée ». Avec un impact socio-économique de 22 milliards d’euros par an, elle a pourtant tout intérêt à attirer l’oeil des pouvoirs publics.

C’est pour cette raison qu’Info-Endrométriose se bat pour faire connaître l’endométriose auprès de tous. En parler, c’est déjà agir!

Pus d’info sur Info-endometriose.fr.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.