Home Lifestyle L’homosexualité n’est plus un crime en Inde

L’homosexualité n’est plus un crime en Inde

(180906) -- MUMBAI, Sept. 6, 2018 () -- Members of the Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender community celebrate in Mumbai, India, on Sept. 6, 2018. India's Supreme Court legalized gay sex in a historic judgment Thursday apparently scrapping the 158-year-old colonial-era law that criminalized homosexuality. (/Stringer)(yg) Reporters / Photoshot

C’est un moment historique pour l’Inde! Ce jeudi 6 septembre, la Cour Suprême a dépénalisé l’homosexualité en rendant l’article 377 du code pénal illégal. Celui-ci désignait l’homosexualité comme un crime « contre nature », passible de prison à vie.

Les militants LGBT qui attendaient devant la Cour Suprême à New Delhi ont explosé de joie, hier, jeudi 6 septembre. C’est, en effet, un moment fort que l’Inde vient de vivre. Depuis 1861, l’article 377 du code pénal condamnait l’homosexualité en qualifiant les relations entre deux personnes du même sexe de “contre nature”. Mais ce n’est désormais plus le cas. La Cour Suprême de l’Inde vient de rendre illégal cet article. Cette décision est historique pour l’Inde et surtout pour la communauté LGBT. D’autant plus qu’en 2009, la Haute cour de Delhi avait admis que l’article 377 portait atteinte aux droits fondamentaux. Mais en 2013, l’homosexualité avait été à nouveau interdite. C’est donc une grande victoire et l’aboutissement d’un combat long de 20 ans.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Une belle avancée

Dans les faits, les poursuites judiciaires pour homosexualité n’ont pas été fréquentes en Inde. Mais l’article a été, à de nombreuses reprises, utilisés pour harceler les homosexuels. Encore aujourd’hui, une partie des 1,3 milliard d’habitants considèrent l’homosexualité comme une maladie mentale. Avec un tel geste, Dipak Misra, le président de la Cour Suprême espère bien changer les mentalités.

Dans le monde, il reste encore 72 pays a interdire l’homosexualité selon l’Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lire aussi: