Home Lifestyle Lettre à toi voyageuse, qui rêve de t’envoler toute seule au bout...

Lettre à toi voyageuse, qui rêve de t’envoler toute seule au bout du monde

Shutterstock
Shutterstock

Certaines partent sur un coup de tête, d’autres y réfléchissent durant des années avant de finalement…. Ne jamais sauter le pas par peur de ne pas se débrouiller seules ou de se faire agresser. Et parce que le plus dur c’est de décider de se lancer, voici quelques conseils qui pourraient t’aider à enfin oser plier bagage vers l’aventure.

Le monde n’est pas aussi dangereux qu’il y paraît. Europe, Asie ou Amérique… Quelle que soit ta destination, tu entendras sûrement des réflexions alarmantes de ton entourage du genre : « Ne pars pas là-bas, des gens s’y sont fait kidnapper ou agressés récemment ». Vu sous cet angle, le monde entier est en effet périlleux et mieux vaut rester sous une couette pour ne plus sortir de chez soi. Alors, même si je te l’accorde, certains endroits demeurent plus risqués que d’autres, le danger est bien souvent une question de point de vue. Le gouvernement canadien préconise ainsi à ses ressortissants de faire preuve d’une « grande prudence » pour un voyage en Belgique ou en France, au même titre qu’en Colombie ou en Inde.

Choisis bien ta destination

Il convient malgré tout d’être un minimum prudente et de se renseigner sur les conditions sanitaires, climatiques et politiques du pays avant d’entamer un voyage. Pense aussi à te renseigner sur les moyens de transport disponibles . Bus, avion, trains, bateaux, essaie de savoir si les liaisons sont faciles et abordables. Certains pays sont plus accessibles, comme la Malaisie et la Thaïlande où il est très aisé de se déplacer en bus. Evite les « on dit » et va piocher tes informations sur des sites, des guides ou encore auprès des gens qui ont déjà réalisé ce voyage.

Emmène des vêtements passe-partout

Dans un monde idéal, chaque femme serait libre de s’habiller comme elle le souhaite, sans craindre de se faire importuner ou agresser pour une jupe jugée trop courte ou par une épaule dévoilée… Malheureusement, cette réalité édulcorée semble encore lointaine. Privilégie donc des vêtements passe-partout qui n’attirent pas l’attention. Essaie de t’adapter aux normes du pays pour éviter des ennuis inutiles. Par exemple, mieux vaut ne pas te balader en mini short dans les rues de New Dehli, alors qu’à Rio le problème ne se pose même pas.

Et si pour toi, il est juste impensable de te couvrir et de te soumettre aux regards des hommes, ce qui est totalement légitime, fais cependant attention à ne pas confondre convictions et coutumes. En effet, chaque pays est différent, possède sa propre culture et ses propres mœurs. Et généralement, la pudeur est de rigueur dans les lieux de culte. Par exemple, il est interdit, tous sexes confondus, d’entrer dans un temple Bouddhiste les épaules et les genoux découverts. Veille donc à respecter la culture du pays qui t’accueille afin de mieux t’y intégrer.

Suis ton instinct

Si tu ne devais retenir qu’un conseil, ça serait celui-là ! Apprends à apprivoiser ta peur, elle agit comme un instinct de survie, sans quoi, tu pourrais prendre des risques inutiles. Si tu sens que tu n’es pas en bonne compagnie, que tu ne devrais pas faire quelque chose ou aller à un endroit, ECOUTE-TOI ! Le flair sera ton meilleur ami pour éviter des situations dont tu te passerais bien.

N’aie pas peur des autres

Le voyage est un livre ouvert sur le monde. C’est une formidable occasion d’en apprendre plus sur les autres et sur toi-même. N’aie pas peur d’aller à la rencontre des voyageurs. Mais surtout, n’oublie pas la population locale. Essaie de communiquer avec les gens en apprenant quelques mots simples de leur langue comme « bonjour », « merci », « à bientôt ». Ils apprécieront sans doute tes efforts et tu passeras des instants de vie inoubliables avec eux. Les moments les plus simples sont les plus beaux et parce qu’un sourire vaut mille paroles, dévoile-le.

Fais attention à tes biens personnels

Dans les pays plus pauvres, tu seras quoi qu’il en soit perçue comme une étrangère qui a de l’argent, ou du moins bien plus que les locaux.  C’est pourquoi, pour ne pas renforcer ce stigmate qui crie « dollars », ne montre aucun signe extérieur de richesse. Ne te fais pas remarquer en te baladant appareil photo au cou ou avec les doigts jonchés de bagues brillantes. Si tu dors dans des auberges de jeunesse, pense à emporter un cadenas pour sécuriser tes affaires.

Question argent, évite de retirer des sommes importantes ou du moins de te balader avec. Garde toujours un peu de liquide sur toi et veille à répartir le reste à plusieurs endroits dans ton sac. Assure-toi aussi de ranger ta carte de crédit dans un emplacement sûr, comme une petite banane que tu garderas constamment sur toi. En ce qui concerne tes papiers d’identité, n’oublie pas d’en faire une copie en cas de vol ou de perte. Et comme on n’est jamais trop prudent, envoie-toi une copie par mail.

Voici quelques conseils supplémentaires

  • Pour dissuader les mecs trop collants, n’hésite pas à porter une fausse alliance.
  • Fais preuve de bon sens et écoute les recommandations des locaux. Si on te dit d’éviter de te balader seule la nuit sur la plage, fais-le.
  • Si tu utilises des tampons, tu n’en trouveras malheureusement pas partout. Surtout en Asie du Sud et en Amérique Latine. Mieux vaut donc prévoir de partir avec tes protections hygiéniques.
  • Donne régulièrement des nouvelles à tes proches en leur indiquant où tu te trouves et où tu comptes aller par la suite.
  • Emmène un paréo. Il pourra te servir dans beaucoup de situations différentes. Que ce soit comme serviette de plage, pour te couvrir dans un temple ou si tu te sens mal à l’aise et trop regardée. C’est l’accessoire indispensable pour toute voyageuse qui se respecte.
  • Pour finir, je te conseille l’ebook : « L’art de voyager seule quand on est une femme ». C’est une véritable mine d’or qui te guidera dans toutes les étapes de ton voyage.

Et enfin, sache qu’il n’y a jamais de moment parfait pour partir seule à l’aventure. Trop de travail, un appartement, des obligations financières, les études, etc… Mais qu’il n’est jamais trop tard ni trop tôt. Un jour tu te sentiras prête et il sera juste temps de lever les yeux vers le monde et de voler enfin de tes propres ailes.

De quoi faire encore plus battre le cœur de toutes les voyageuses: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.