Home Lifestyle Couple Le selfie divorce: la tendance qui dédramatise les ruptures
PUBLICITÉ

Le selfie divorce: la tendance qui dédramatise les ruptures

Si vous tapez le hashtag #DivorceSelfie sur Instagram, vous tomberez sur une flopée de couples, sourire aux lèvres, qui viennent tout juste de divorcer. Bizarre, oui, mais dédramatisant!

PUBLICITÉ

Un divorce n’est jamais une épreuve facile. Au contraire. C’est souvent vécu comme un échec, une déchirure. S’en suit même parfois une phase de deuil, pour dire adieu à des années d’amour. En bref, un divorce, c’est déjà assez dur comme ça. Pas la peine d’en rajouter une couche. C’est ça, le message des « selfies divorce » qui se mutliplient sur les réseaux sociaux. Des couples s’amusent à se prendre en photo à deux juste après avoir officialiser leur divorce. Ils postent ensuite leur photo sur Instagram sous le hashtag #SelfieDivorce. Une tendance qui a pour but de dédramatiser une étape, forcément un peu triste.

More excited than out our wedding day. #heresyoursign #divorceselfie

A post shared by Carissa (@healthy_happy_mom_) on

Not all dinner dates end in divorce but this one did! #divorceselfie

A post shared by kyle0032 (@kyle0032) on

Complicité et nostalgie

Signe d’une situation dramatique, les clichés #SelfieDivorce ont le mérite de dégager une image assez positive, finalement. Sur les photos, les couples ont l’air complices, respectueux l’un envers l’autre. Les photos apparaissent comme une manière de se dire au revoir une bonne fois tout en gardant le meilleur de ce qui a été vécu ensemble. Les clichés s’accompagnent d’ailleurs la plupart du temps de jolies déclarations… de rupture!

Nous avons divorcé aujourd’hui, sommes allés boire un verre et avons réalisé un selfie ensemble. Je tiens à remercier cet homme pour 25 années tantôt bonnes tantôt moins bonnes en sa compagnie. Nous avons grandi de l’adolescence à l’âge adulte, et avons eu deux merveilleux enfants. Nous avons choisi d’accepter cet échec et de nous engager à une relation d’amitié à vie, à un partenariat coparental. Pas uniquement parce que c’est le juste choix pour nos enfants, mais aussi parce que c’est le juste choix pour nous.

À lire aussi:

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ