Home Lifestyle Job Les 10 pièges qui guettent toutes celles qui travaillent de chez elles

Les 10 pièges qui guettent toutes celles qui travaillent de chez elles

Le télétravail, en théorie, c’est génial. D’ailleurs, en pratique aussi, à condition d’avoir une volonté de fer et un mental d’acier. Car qui dit travailler de chez soi dit aussi déjouer les pièges tendus à chaque minute de la journée.

1. Le snooze

Le snooze, quand il n’y a pas la menace d’être en retard au boulot et de devoir trouver une excuse acceptable pour notre boss, on sait quand ça commence mais jamais quand ça s’arrête. Le snooze des télétravailleuses existe dans une dimension spatiotemporelle parallèle, où on a l’impression que 10 minutes seulement se sont écoulées, mais ah tiens, il est 10h30 du matin.

via GIPHY

2. Le petit-dèj’

Les jours où on est à la bourre, il faut faire vite et basique: un café serré, un jus de fruit fraîchement versé de la bouteille et limite, une tartine grillée, invariablement calcinée parce qu’on est pressée et qu’on ne fait pas attention à ce qu’on fait. Mais là, c’est trop bête, on travaille de la maison, et c’est le repas le plus important de la journée, donc il faut bien faire ça. Puis bien passer le reste de la matinée à soit digérer le copieux English breakfast qu’on s’est préparé, soit récurer la cuisine parce qu’on a eu besoin de 5 ustensiles différents pour se faire un joli breakfast bowl comme sur Instagram. Déjà qu’on a émergé du lit à 10h30, bonjour la demi journée de travail évaporée.

via GIPHY

3. Le brossage de dents

Pour rattraper un peu le temps perdu, il est tentant de se dire « je fais vite ça et puis je file dans la salle de bain me brosser les dents ». Tentant, jusqu’à ce que le vortex avale encore un peu plus de notre temps et qu’on réalise que c’est quand même vachement difficile de se concentrer avec une bouche pâteuse et une haleine de bouquetin.

via GIPHY

4. La tenue

Si on était vraiment ce qu’on mange, ça se saurait, et on ressemblerait à un menu Big Mac. Si ce n’est heureusement pas le cas, par contre, on peut affirmer qu’on porte sa productivité sur soi et que l’habit fait le moine quand il s’agit de bosser efficacement de la maison. Donne un jogging et un pompon gras sur la tête à une meuf et elle passera toute la journée à se traîner dans son canapé. Donne lui une tenue un minimum apprêtée et un soupçon de BB cream et elle travaillera comme si tout l’open space l’observait. Amen.

via GIPHY

5. La pause midi

Passons sur les dangers d’un repas trop riche sur la productivité de l’après-midi et concentrons-nous sur le vrai piège: donner rendez-vous pour « un petit lunch sur le pouce ». Puis se retrouver prise dans un engrenage où l’heure tourne, on doit retourner bosser, et la personne en face de nous n’a pas l’air de le comprendre. C’est vrai quoi, « tu travailles de chez toi, tu prends tes pauses quand tu veux non? ». Oui, et je peux prendre une grande pause chômage quand je veux aussi si je me fais virer parce que mon travail n’est pas fait.

via GIPHY

6. Le petit épisode vite fait

Probablement que quand les gens parlent de la loi des séries, c’est ce fameux petit épisode vite fait bien fait qu’ils ont en tête. Il commence toujours pareil, choisi principalement pour sa durée (20 minutes max, pour s’aérer l’esprit sans trop traîner), et puis 3 heures plus tard, on a fini une saison entière de la série et on n’a plus du tout envie de bosser. Voire pire: on s’est endormie sur le canapé. La loi des séries on vous dit: un épisode n’arrive jamais seul.

via GIPHY

7. La petite course rapide

Vous étiez simplement partie racheter de l’encre pour votre imprimante, et sans que vous ayez vraiment compris ce qui se passait, deux heures se sont écoulées, la circulation de vos mains est coupée par une multitude de sachets et votre compte en banque est exsangue. En plus, vous avez oublié d’acheter l’encre qu’il vous fallait, et il n’est pas certain que la petite robe canon que vous avez chopée à la place imprime super bien.

via GIPHY

8. Les proches

Vous les adorez, vraiment. Mais le prochain qui tente de vous refiler une corvée « parce que vous avez le temps » ou qui vous fait remarquer que vous, vous avez bien bon (ben oui, travailler à la maison = glander H24), peut-être que vous allez le tuer de vos propres mains après l’avoir torturé au préalable.

via GIPHY

9. La flexibilité des horaires

Techniquement, puisque vous ne devez vous coltiner ni embouteillages, ni pause midi obligée, vous disposez d’un peu de flexibilité pour vos horaires. Ce qui implique aussi la flexibilité de ne jamais parvenir à s’arrêter et d’être toujours en train de répondre à des mails à 20h passées. Marrant, mais au lieu de vous accorder le titre d’employée du mois, Chéri a plutôt l’air d’humeur à vous filer votre C4 quand vous faites ça. Cet ingrat.

via GIPHY

10. Le manque

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé, alors quand c’est carrément tout le reste de l’open space qui n’est pas là, il y a de quoi se sentir seule au monde. Pour peu, vous en regretteriez presque les embout’ à l’heure de pointe et l’haleine de nourriture pour poisson du comptable de la boîte. Presque.

Lire aussi:
7 arguments pour convaincre votre boss de vous laisser télétravailler
Attention: le télétravail peut nuire à votre santé
Pour évoluer dans sa carrière mieux vaut éviter les heures supplémentaires

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.