Home Lifestyle #JeSuisVictime: des victimes d’abus sexuels témoignent suite au sacre de Polanski

#JeSuisVictime: des victimes d’abus sexuels témoignent suite au sacre de Polanski

Getty

Entre le départ d’Adèle Haenel lors de la Cérémonie, la tribune incendiaire de Virginie Despentes et la colère de Florence Foresti, le moins que l’on puisse dire est que le sacre de Roman Polanski aux Césars 2020 a fait grand bruit… Jusqu’à pousser certaines victimes d’abus sexuels à témoigner sous le hashtag #JeSuisVictime sur les réseaux sociaux.

Alors que la statuette de la meilleure réalisation est revenue à Polanski pour son film « J’accuse », certaines victimes d’abus sexuels ont décidé de briser le silence, pour lever le voile sur ce mal bien ancré au sein de notre société.

Lire aussi: Les résultats de l’enquête de #NousToutes sur le consentement nous dépriment

« Non, c’est non! », bordel!

Des centaines et des milliers de témoignages ont envahi la Twittosphère et notre coeur se serre. Certains font part de leur colère quant à la consécration de Roman Polanski, d’autres dénoncent les abus sexuels, une partie crie au scandale et une autre témoigne de ce qu’elle a vécu en termes d’abus sexuels. Des tweets qui montrent que ce problème est présent partout, tout le temps et depuis bien trop longtemps…

Un hashtag sur lequel il est possible de scroller durant des heures sur Twitter tant les utilisateurs à l’avoir utilisé sont nombreux. S’inscrivant dans la continuité du #BalanceTonPorc et du #MeToo, #JeSuisVictime pose en réalité la question de savoir, au final, qui n’a jamais été victime? Parce que finalement, de près ou de loin, nous avons tous déjà été la victime d’un autre, d’une main aux fesses dans les transports en commun à des cris d’animaux balancés en rue, en passant par le viol, l’agression sexuelle, l’attentat à la pudeur et on en passe.

Cette victoire de Polanski et ces voix qui s’en élèvent autour, ce n’est pas anodin. À l’approche de la Journée internationale des droits des femmes, le message n’a jamais été aussi fort que maintenant: non, c’est non. Combien de fois faudra-t-il le répéter?

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.