Home Lifestyle 10 ans, l’âge où les filles belges commencent à utiliser les filtres...

10 ans, l’âge où les filles belges commencent à utiliser les filtres pour retoucher leur apparence

@Getty Images
@Getty Images

Quelles sont les conséquences des réseaux sociaux sur l’estime de soi des jeunes âgés de 10 à 15 ans ? Dans quelle mesure Instagram, TikTok, etc. influencent l’amour-propre et la confiance corporelle des jeunes filles belges ? C’est à ces questions que Dove a voulu répondre en réalisant une enquête nationale. Résultats.

L’étude a démontré que l’estime de soi des jeunes filles belges est fragile : plus elles grandissent ou plus elles passent de temps sur les réseaux sociaux, plus elle faiblit. Malgré les avancées, Dove remarque que nous vivons toujours dans un monde où les idéaux de beauté irréalistes sont toujours bien ancrés et qu’ils sont perpétués par les réseaux sociaux. Les photos filtrées et retouchées sont partout sur Instagram, TikTok, etc. Parmi les statistiques révélées par Dove, en voici quelques-unes interpelantes :

1

3 filles de 10 ans sur 4 aiment leur reflet dans le miroir mais chez les filles de 13 ans, la proportion n’est plus que de 1 sur 3.

2

Le nombre de filles qui se soucient de leur apparence double entre l’école primaire et secondaire.

3

Le fait de se trouver plus laide que les autres triple pour atteindre 63% chez les filles qui passent plus de 2 heures par jour sur les réseaux sociaux.

4

La honte de sa propre apparence triple entre 13 et 15 ans, 1 fille sur 3 a honte de son apparence.

5

Une fille prend 8,5 selfies avant d’en trouver un digne d’être partagé.

6

Une jeune fille a 10,4 ans quand elle adapte son apparence pour la première fois avec un filtre.

7

Une fille de 13 ans a besoin de 9 minutes pour se préparer à prendre un selfie.

« Bien que certains aspects des réseaux sociaux puissent favoriser le contact et le bien-être, des dizaines de recherches scientifiques ont démontré ces dernières années qu’ils peuvent influencer négativement la confiance en soi, l’humeur et l’estime de soi. C’est le cas lorsque les utilisateurs passent beaucoup de temps à publier des selfies, à utiliser des applis de retouche et des filtres pour changer leur apparence, à se comparer aux autres et à obtenir une validation par le biais de commentaires et de likes. Il est donc absolument indispensable d’aider les jeunes à développer des aptitudes leur permettant de naviguer sur les réseaux sociaux de manière saine et productive. » déclare Pr Philippa Diedrichs,  psychologue-chercheuse au Center for Appearance Research de l’Université de l’Ouest de l’Angleterre et experte en image corporelle

Comment redonner confiance aux jeunes?

Suite à cette enquête, Dove souhaite plus que jamais aider les jeunes à utiliser les réseaux sociaux de manière positive. En collaboration avec le Centre for Appearance Research de l’Université de l’Ouest de l’Angleterre – le plus grand groupe de recherche au monde consacré au rôle de l’apparence et de l’image corporelle dans la vie des gens –, le projet Dove pour l’estime de soi a développé divers outils éducatifs. Les ateliers, articles en ligne et ressources éducatives ont été validés académiquement et sont mis à la disposition des écoles, enseignants, éducateurs, parents, etc. Le centre de connaissances belge Pimento fera la promotion de ces outils auprès des écoles et des enseignants de l’ensemble du pays afin de faire profiter directement les jeunes de ces ateliers.

Parmi les actions menées dans cette optique par Dove et pour sensibiliser à la pression que les réseaux sociaux exercent sur les jeunes, la marque sort un nouveau clip. Baptisé « Reverse Selfie », il illustre comment les applis de retouche peuvent déformer la réalité.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Dove entend armer les jeunes contre les idéaux de beauté irréalistes. Après un an d’exposition accrue aux écrans et aux idéaux de beauté irréalistes, avec la pression qui s’ensuit, Dove rappelle qu’il n’a jamais été aussi important d’intervenir…

Lire aussi: