Home Lifestyle Elle fait une fausse couche, Facebook lui montre des publicités de grossesse

Elle fait une fausse couche, Facebook lui montre des publicités de grossesse

Si la publicité ciblée a parfois ses avantages, elle peut aussi se transformer en véritable cauchemar. Après la mort de son bébé, la journaliste Gillian Brockell a continué à recevoir des publicités en lien avec sa grossesse sur les réseaux sociaux. Le coup de grâce.

Dans une lettre ouverte publiée sur Twitter mardi 11 décembre, la journaliste Gillian Brockell a tenu à dénoncer la publicité ciblée dont elle est victime sur les réseaux sociaux. En effet, après avoir perdu son bébé, elle a constaté, en ouvrant son téléphone, que Facebook lui proposait toujours les même publicités, essayant de lui vendre des poussettes et des accessoires d’allaitement. Comme quoi, le marketing digital manque encore parfois de subtilité…

À lire aussi: Faut qu’on parle: les publicités ciblées qui te rappellent que tu es en âge de procréer.

Un algorithme défectueux

« Tu savais que j’étais enceinte » écrit-elle. « C’est ma faute, je ne pouvais pas résister aux hashtags #30weekspregnant, #babybump sur Instragram. Quelle idiote ! J’ai même cliqué une ou deux fois sur les publicités de vêtements de maternité sur Facebook. » Elle continue alors :

Mais tu ne m’as pas vu taper sur Google : ‘Est-ce que ce sont des contractions de Braxton Hicks ? ‘ et ‘le bébé ne bouge pas’. Tu n’as pas remarqué mes trois jours de silence anormaux pour une fidèle utilisatrice des réseaux sociaux comme moi ?  Mais aussi l’annonce avec les mots-clés ‘cœur brisé’, ‘problème’, ‘enfant mort-né’ et les 200 émoticônes en pleurs de mes ami·e·s? Ce n’est pas quelque chose que tu peux repérer? […]

Et après tout ça, Experian (ndlr: une entreprise de traitement de l’information) fait irruption avec le coup de grâce: un email qui m’encourage à ‘finir l’inscription de mon bébé’, (que je n’ai jamais commencée) pour suivre son crédit tout au long de sa vie qu’il ne vivra jamais.”

Une publicité sur l’adoption

Cerise sur le gâteau : après avoir bloqué les publicités sur certains sujets, comme la parentalité (pour se faire, il faut cliquer sur Paramètres > Publicités > Masquer les thèmes publicitaires) ; la jeune femme a reçu une publicité sur l’adoption. Elle n’avait évidemment ne serait-ce qu’envisager cette option…

Une lettre ouverte d’un grand courage, qui a le mérite de mettre en lumière le côté sombre de la publicité ciblée sur les réseaux sociaux. Et ses limites. Si les réseaux sociaux brillent à dénicher nos prochaines baskets, ils ont beaucoup plus de difficultés à appréhender les évènements négatifs et ceux teintés de sentiments. Alors qu’elle ne souhaite que faire son deuil, le matraquage dont elle est victime ne fait qu’enfoncer le couteau dans la plaie. En conclusion, la journaliste a adressé un message aux entreprises tech pour que celles-ci changent le fonctionnement de leurs algorithmes : « Si vous êtes assez intelligent pour détecter que je suis enceinte, que j’ai accouché, alors vous êtes sûrement assez intelligent pour vous rendre compte que mon bébé est mort, et ainsi adapter vos publicités, ou peut-être ne pas en faire du tout ? »

Et s’il fallait interdire le ciblage concernant les questions privées telles que la grossesse ? Une idée à réfléchir.

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.