Home Lifestyle Animaux Diego, la tortue qui a sauvé son espèce de l’extinction, recouvre son...

Diego, la tortue qui a sauvé son espèce de l’extinction, recouvre son île

Getty

Diego, c’est la tortue géante qui s’est reproduite pendant des années en captivité dans le but de sauver son espèce. Aujourd’hui, il recouvre sa liberté en rejoignant son île d’origine dans l’archipel des Galapagos.

Diego est une tortue géante et un mâle centenaire de l’espèce Chelonoidis hoodensis. Rapatrié sur l’île déserte d’Española, l’animal a été transporté en bateau depuis l’île de Santa Cruz, où il avait passé une quarantaine d’années dans le cadre d’un programme de reproduction. Le ministre de l’environnement équatorien, Paulo Proaño a expliqué:

Nous refermons un chapitre important de la gestion du parc des Galapagos : quinze tortues d’Española, dont Diego, retournent chez elles après des décennies passées à se reproduire en captivité pour sauver leur espèce de l’extinction.”

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Une histoire atypique

L’histoire de Diego est atypique pour une tortue. En effet, il avait été emmené aux États-Unis en 1959, avant que l’archipel des Galapagos ne soit considéré comme une réserve naturelle. Rapatrié ensuite en 1976 sur son île d’origine, il a passé du temps avec plusieurs femmes au sein d’un centre d’élevage de tortues terrestres, dans le parc national à Puerto Ayora qui n’est autre que la capitale de l’île Santa Cruz. À lui seul, Diego a donné vie à au moins 40% des bébés tortues que l’on retrouve aujourd’hui sur l’île Española, sauvant en même temps son espèce de l’extinction.

Grâce à la cadence de reproduction et à l’endurance sexuelle de Diego – un vrai playboy, soit dit en passant – l’île compte aujourd’hui plus de deux mille individus issus de cette espèce, dont 200 ont vu le jour à l’état sauvage, loin de la captivité.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lire aussi: 

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.