Home Lifestyle CONFINEMENT: comment gérer les jours où « ça va pas »?

CONFINEMENT: comment gérer les jours où « ça va pas »?

Depuis le début de la quarantaine, il y a des journées où, malgré vous, dès le réveil vous êtes à fleur de peau? Déprimée? Sans une once d’énergie? Énervée pour un rien? Wendy Mahy, psychologue et Life Coach, nous donne ses tips pour faire face à ces jours où « ça va pas ».

Lundi 6 avril, l’Instagrammeuse belge Paulien Riemins écrivait en légende d’une photo: « Un cou tendu, le début de mes règles, une micro montagne russe émotionnelle ce matin – pas le meilleur début de semaine. Prenons les choses lentement aujourd’hui et essayons de nous adapter à cette situation étrange autant que possible. Je vous envoie à tous de l’AMOUR« . Un post qui agit comme une piqûre de rappel: cette période de confinement a un impact sur notre santé mentale, peu importe qui nous sommes et ce que nous faisons! 52% des Belges déclarent être en situation de mal-être psychologique depuis le confinement, ainsi que le révélaient ce lundi 6 avril les résultats d’une enquête en ligne menée par des chercheurs de l’UCLouvain et de l’Université d’Anvers et relayée par le journal Le Soir. En temps normal, comme mesuré par l’enquête Sciensano de 2018, « seuls » 18 % de la population déclarent être en situation de mal-être psychologique. Le niveau de mal-être a donc pratiquement triplé.

Comment appréhender ces journées où « ça va pas », comment faire face à ce mal-être? La psychologue et life coach Wendy Mahy nous donne des clés pour faire face grâce à la psychologie positive.

Réagir adéquatement face aux émotions désagréables

Une émotion désagréable vous traverse? Commencez par l’accueillir et l’accepter. Plus vous luttez, plus elle va vous envahir. Essayez ensuite de l’identifier. Est-ce de la peur? De la tristesse? De la colère? En l’identifiant, on sera plus apte à comprendre le message qu’elle a à nous faire passer, comprendre le besoin qui se cache derrière, et de la sorte y répondre au mieux. On peut ressentir le besoin d’extérioriser cette émotion désagréable. Il est alors important de l’exprimer: parler, écrire, pleurer, crier… qu’importe.

Booster son humeur pour ressentir plus d’émotions agréables

Agir sur la situation

  • Pour ne pas subir la situation, mettez sur pied des activités qui vous font du bien, comme des activités que vous ne faites pas ou plus par manque de temps.
  • Rythmez vos journées un minimum pour profiter du temps que vous avez, tout en restant flexible! Ce n’est pas la peine de se mettre la pression si vous n’avez pas réalisé une tâche ou une activité prévue.
  • Bougez, car l’inactivité a tendance à nous déprimer. Évitez de rester en pyjama toute la journée, toute la semaine, cela ne vous aidera pas à être dynamique.
  • Veillez à avoir un bon sommeil.
  • Soignez votre environnement: faites de votre chez vous un endroit agréable (musique, bougie, rangement, etc)

Agir sur les pensées

Au-delà de l’action sur l’environnement, lorsque vous n’avez pas le moral, vous pouvez aussi agir directement sur vos pensées et donc sur vos émotions. Comment? Essayez de prendre du recul par rapport à la situation et de mettre le focus sur des éléments positifs. Il y a dans toute situation du positif, tout dépend de la façon dont vous observez les choses. « Vous ne pouvez plus sortir? »  → « Vous avez la chance de pouvoir rester chez vous pour rester en bonne santé », « Vos proches vous manquent? » → « Vous avez de la chance d’avoir des gens qui vous aiment ET de vivre au 21e siècle et pouvoir communiquer avec eux… »

Plus que jamais, focalisez-vous et réjouissez-vous de ce que vous avez; un toit, un frigo rempli, des enfants en bonne santé… Préservez-vous des réseaux sociaux et accordez-vous une détox digitale. Ce n’est pas le cas pour tous, mais si suivre des comptes où tout semble si parfait (fitgirls, reines du ménage, cool moms) vous fait culpabiliser, alors désabonnez-vous. Même chose pour Facebook: arrêtez de lire toute la journée les publications pessimistes, anxiogènes… Pareil pour les informations: arrêtez de suivre aussi assidûment le JT, si cela vous angoisse.

Remémorez-vous des moments heureux passés et revivez-les pour ressentir les émotions vécues liées à cet événement. Rien de tel que de regarder un album photo ou d’appeler une copine pour vous rappeler vos dernières vacances. Plongez-vous dans le futur et pensez à tout ce que vous ferez après le confinement (barbecues, retour dans votre resto favori…). Vous pouvez également profiter de ce confinement pour réfléchir à un projet que vous aviez mis entre parenthèses et planifier les étapes de ce nouvel objectif que vous démarrerez dès que vous le pourrez.

Agir sur les comportements

Dernier élément, pour créer des émotions positives, il est également possible d’agir sur vos comportements et plus largement, vos émotions.

  • Apprenez à méditer ou à respirer pour revenir dans l’instant présent. Objectif? Arrêtez de ruminer et d’angoisser.
  • Ecoutez votre playlist préférée, dansez, regardez un sketch d’humoriste lorsque vous vous sentez triste, apathique, sans énergie.
  • Si vous vous ennuyez, profitez de votre temps pour apprendre, vous cultiver…

À garder en tête

Pour vous aider à lâcher prise, ne perdez jamais de vue que toute situation a une durée limitée. Dans quelques temps cela sera un mauvais souvenir. Faisons du mieux que nous pouvons pour que ce soit le moins désagréable possible. Mais acceptons que ce ne soit pas hyper agréable non plus. Chaque jour, prenez quelques minutes pour prendre conscience que vous êtes VIVANT(E)S !

Merci à Wendy Mahy pour ces précieux conseils: www.wendymahy.com

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.