Home Lifestyle Couple Comment parvenir à pardonner à son partenaire après avoir été trompée?

Comment parvenir à pardonner à son partenaire après avoir été trompée?

Perte de confiance en l’autre, sentiment de trahison, colère et déception, l’infidélité est douloureuse à vivre et complexe à digérer. Si partir et rompre n’est pas forcément pour autant l’unique solution ou celle que l’on souhaite, pardonner après avoir été trompée demande énormément de temps, de dialogue et d’introspection.

1

Choisir en pleine conscience

Il est avant tout essentiel d’avoir la certitude de réellement désirer pardonner à l’autre. D’être prête à vivre avec les actes commis et à se battre pour réparer la relation. Même si l’on est dans un couple installé depuis des années, que l’on a construit une famille, acheté une maison ou bâti des milliers d’habitudes, rester est tout aussi, si pas plus, difficile que de partir. Et le poids du vécu ou du regard extérieur ne doivent pas être les raisons majeures poussant à ne pas se séparer, sans quoi il sera impossible de faire repartir son couple sur des bases solides. Choc, colère, dépression, acceptation… L’infidélité amène à traverser des phases qui sont proches de celles d’un deuil. Prenez le temps de laisser s’apaiser le traumatisme et la souffrance avant d’analyser vos sentiments et d’envisager les possibilités d’avenir.

2

Ne pas esquiver la peine

Plus encore que de devoir admettre les actes, la tromperie nous amène à une véritable guerre psychologique avec notre imagination. Comment cela s’est déroulé, la manière dont ils se sont touchés, les mots, les regards, ce qu’il a ressenti… Notre esprit fantasme jusqu’au moindre détail et simule en boucle cette relation sur laquelle on ressent le besoin de poser des images, même si elles sont inventées. Ces flashs permanents sont une torture qui vient enfoncer en permanence un clou de souffrance et réactiver la blessure. Même si c’est un supplice, ce moment est pourtant essentiel car il donne leur réalité aux évènements. Le refouler ne fera que compliquer un peu plus la situation et empêcher la plaie de cicatriser.

3

Se remettre en question

Un couple nécessite d’être deux. Et même si l’infidélité ne provient que d’un seul des partenaires, chacun possède sa part de responsabilités dans la relation. Il faut dès lors identifier les raisons qui ont amené au passage à l’acte. S’agit-il d’un moment d’égarement ou d’actes à répétition? D’amour ou d’attirance? Pour qu’il y ait tromperie, une porte devait forcément être ouverte dans le cœur de l’autre. Un espace laissant la place à une troisième personne. Il est dès lors important de définir si c’est toujours le cas ou pas. Et aussi de se demander en son âme et conscience si la situation aurait pu être inversée. Y-avait-il un essoufflement du couple? Une routine qui se serait installée? Comprendre la logique et les raisons derrière les faits, permet de leur donner un sens et d’apaiser par là même une part de la détresse. Tout en ne cautionnant pas, cela permet aussi d’être en mesure de repartir sur des bases saines sans risque de reproduire la même situation dans le futur.

4

Dialoguer ensemble

Une fois la colère passée, donnez la parole à votre compagnon. Demandez-lui d’expliquer ce qui s’est passé, le pourquoi des évènements. Qui sait si le manque de communication ou d’écoute n’est pas aussi à la base du problème? Refuser d’entendre ce qu’il vit c’est lui nier son existence dans le couple autant que la responsabilité de ses actes. En le forçant à dire, on l’oblige aussi à prendre conscience de la douleur causée et de la gravité des faits. De plus, pouvoir lui dire en face ce que l’on ressent, même s’il s’agit d’exprimer des reproches c’est aussi éviter de conserver de la rancœur.

5

Ne pas céder à la vengeance

Si l’on peut se sentir poussé par l’envie de faire mal autant qu’on a souffert, ce serait aussi inutile qu’inefficace. D’abord car l’on n’en aurait pas moins dur et ensuite car cela approfondirait encore la crise. L’adage oeil pour oeil, dent pour dent, n’a jamais eu la moindre base constructive ni fait office de thérapie. Cela amène bien souvent juste à détester d’autant plus l’autre de nous avoir poussé à commettre ce qui nous semblait déjà impardonnable.

6

Pas plus qu’à la jalousie extrême

Si contrôler les messages et les allées et venues de l’autre amène à se sentir plus rassurée sur le moment, c’est un cercle vicieux qui empêche toute confiance de se reconstruire. Cela replonge en permanence dans la peur de la trahison et pointe surtout l’impossibilité à oublier ce qui s’est passé. Et cela amène un rapport malsain dans le couple, un principe de fliquaage qui entraine de nombreuses dérives. Il est essentiel d’admettre que l’on n’a pas le contrôle et heureusement d’ailleurs. Que chacun doit rester libre, sinon ce n’est pas une relation mais une prison.

7

Prendre le temps

Impossible de passer à autre chose en un claquement de doigts. Il faut apprendre à vivre avec la tromperie. Avec les cicatrices, avec l’inquiétude, avec l’incertitude. C’est aussi devoir admettre que son couple n’est pas forcément à l’épreuve des balles ou ne l’a en tout cas pas été pendant une période donnée. Et se défaire de ses certitudes. Même si cela n’amène pas de séparation, cela entraine forcément une rupture avec le couple que l’on était avant. Alors on ne précipite rien et on réapprend à notre rythme. À aimer et à croire à nouveau.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.