Home Lifestyle Couple Chroniques d’une wedding grincheuse: j’ai dit « oui » sans réfléchir

Chroniques d’une wedding grincheuse: j’ai dit « oui » sans réfléchir

wedding grincheuse - getty images
wedding grincheuse - getty images

Plus pragmatique que rêveuse, romantique mais pas neuneu, la wedding grincheuse est la fille spirituelle d’une wedding planner et du Grinch. Autrement dit, quand elle planifie son propre mariage, ça donne un conte de fées qui fait un peu grincer des dents quand même… À commencer par les siennes.

La wedding grincheuse, c’est moi, et je peux dire sans mentir que la demande en mariage de mon mec m’a prise totalement par surprise. Pas qu’on ne s’aime pas très fort, ni que le mariage n’était pas un sujet abordé quotidiennement régulièrement au sein de notre couple, non, simplement après 3 ans et 364 jours de harcèlement journalier sur le sujet, j’avais pris la sage décision de laisser tomber.
Pour que mon mec, enfin mon fiancé donc, me prenne totalement par surprise en me demandant en mariage le jour de nos 4 ans d’amour. J’aimerais dire que j’ai réagi de manière douce et digne, mais surprise oblige, je lui ai sorti le grand jeu lacrymal, les gros sanglots qui étouffent la gorge, ce qui fait qu’il m’a fallu une bonne minute avant de lui répondre. Pour la dignité, on repassera, d’autant qu’à côté de moi, Kim Kardashian est sublime quand elle pleure. Si j’étais mesquine, je dirais que c’est bien fait que l’émotion m’ait momentanément empêchée de lui répondre, rapport aux quatre ans pendant lesquels j’ai poireauté avec l’annulaire gauche nu comme un ver, mais depuis nos fiançailles je ne suis qu’amour. Et perplexité.

Rêvasser devant l’une ou l’autre comédie romantique ou les clichés léchés de couples #justmarried est une chose, mais organiser un mariage en est une autre, et j’ai rapidement réalisé que j’aurais dû un peu réfléchir avant de dire oui. Non pas à ma réponse, vu qu’il ne m’a jamais fallu qu’un rendez-vous et demi pour savoir que mon fiancé était l’homme de ma vie, mais bien à ce fameux jour J. Quitte à attendre pendant quatre ans que Chéri décide d’officialiser, on aurait pu imaginer une démarche plus proactive de ma part mais non, nada, pas la moindre robe sauvegardée mentalement « pour plus tard » ni aucune planche d’inspiration où puiser des idées. D’ailleurs, oserais-je l’avouer? Je n’ai même pas de compte Pinterest.

Ce que j’ai, par contre, plutôt qu’une mine d’idées déco, maquillage et coiffure dans laquelle puiser, c’est une idée très claire de ce que je ne veux pas. C’est à dire un « mariage de rêve ». Attention, il ne faut pas croire que j’ai envie que « le plus beau jour de ma vie » se transforme en cauchemar, simplement je trouve tout le tralala autour du « mariage de rêve » qu’on essaie d’imposer comme un impératif parfaitement insupportable. Une robe meringue qui m’oblige à devoir me contorsionner pour aller faire pipi? Non merci. La location d’une salle à 5 chiffres, simplement pour pouvoir me la jouer princesse d’un jour dans un châââteau? Il est pas écrit bécasse. Les pièces montées qui filent des caries rien qu’à les regarder? Quelle angoisse. Tout ça, fort peu pour moi, et je réalise avec effroi que je suis décidément fort peu préparée.

Heureusement, on a vu large avec un an et demi de fiançailles, donc j’ai le temps de me rattraper, et de t’emmener toi, lectrice, dans ma quête d’un jour J joyeux et unique qui ne casse pas ma tirelire. Enfin, celle de mes parents, parce que bon, disons qu’il y a certaines traditions du « mariage de rêve » que je ne me suis pas faite prier pour accepter. Hypocrite, moi? Je préfère le terme « pragmatique ». Même si, maintenant que j’y pense, le fait que je compte me marier en blanc alors qu’on est depuis quatre ans ensemble, ça ressemble un peu à de l’hypocrisie aussi…

Bisous, amour et ironie,

𝕷𝖆 𝖜𝖊𝖉𝖉𝖎𝖓𝖌 𝖌𝖗𝖎𝖓𝖈𝖍𝖊𝖚𝖘𝖊 

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.