Home Lifestyle Cette centenaire coud des masques pour soutenir la lutte contre le Coronavirus

Cette centenaire coud des masques pour soutenir la lutte contre le Coronavirus

Cette photographie présente une personne en train de confectionner des masques en tissus durant la période de confinement au coronavirus en France.

Nombreux sont les habitants du monde entier à s’être mis à la confection de masques. Mais il semblerait que l’activité ait désormais trouvé sa doyenne: Amélie Barezzani, une ancienne couturière aujourd’hui âgée de 100 ans, qui souhaite, elle aussi, apporter son aide dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Alors que la pénurie de masques se fait encore et toujours ressentir, de nombreux citoyens confinés des quatres coins de la planète se sont lancés dans la confection handmade de cet objet si important dans la lutte contre l’épidémie. En France, à près d’Annecy, Amélie, originaire de Lombardie, la région d’Italie la plus touchée par le Coronavirus, a décidé de mettre la main à la pâte en se lançant dans la confection de 200 masques pour la Croix-Rouge.

Lire aussi: Achetez des masques Think Pink pour soutenir la lutte contre le cancer du sein

Je veux rendre service. J’ai toujours eu l’habitude de travailler, alors je continue. Je suis contente de me rendre utile en fabriquant ces masques. J’ai toujours eu du courage et surtout, le moral”

a expliqué Amélie au quotidien Le Parisien.

Une source d’énergie et d’inspiration

Amélie vit chez son fils, Jean, âgé de 74 ans. Avec l’aide de sa belle-fille, Paulette, 68 ans, elle met son énergie au profit des autres, dans le seul et unique but de sauver des vies. “Elle est extraordinaire, géniale. Même à 100 ans, c’est elle qui me pousse. Dès le matin, elle me dit : Allez ! Aujourd’hui, on travaille, allez ! Aujourd’hui, on va coudre !'”, explique Paulette, au quotidien Le Parisien.

Tant que j’aurai les yeux ouverts, je continuerai à travailler. A 100 ans, j’ai encore toute ma tête et mes jambes. Et je veux vivre encore longtemps. Actuellement, avec le confinement, je me sens un peu prisonnière. Si vous voulez, vous pouvez revenir le 24 mai fêter avec moi mes 101 ans”.

lance-t-elle avec le sourire. Un geste magnifique qui nous montre qu’à tout âge, la solidarité n’a aucun prix!

Source: Le Parisien 

Lire aussi: 

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.