Home Lifestyle Ce festival éléctro a lancé une app pour lutter contre le harcèlement...

Ce festival éléctro a lancé une app pour lutter contre le harcèlement sexuel

Lutter contre le harcèlement sexuel en festival
Getty
Les 16 et 17 novembre avait lieu le festival “Les Dunes Electroniques”, un évènement unique ayant lieu à Nefta, en Tunisie.  À cette occasion, une application pour lutter contre le harcèlement sexuel lors des festivals a été développée.

Une application qui permet de venir en aide aux festivaliers en danger a vu le jour grâce au festival “Les Dunes Electroniques”… Son petit nom? “Help Me”. Son objectif? Lutter contre le harcèlement sexuel. Selon TraxMag, Kais Bensedrine, le directeur de l’agence Wezign qui est à la base du projet explique:

Il faut comprendre que c’est un véritable fléau de société en Tunisie, la loi est sévère mais malheureusement il y a trop peu de plaintes car très peu de policiers les prennent au sérieux, compte tenu de la difficulté à retrouver les agresseurs

Un mot, un geste, la communauté fait le reste

“Help Me” repose sur la dynamique communautaire, c’est-à-dire que lorsque quelqu’un signale via l’application que quelque chose se passe mal sur le site du festival, les détenteurs de l’app’ reçoivent une alerte avec les données de localisation afin de venir en aide à la personne en difficulté.

“On pense qu’utiliser la dynamique communautaire est un des premiers pas vers la sensibilisation, et c’est important qu’une femme ne se sente pas seule dans ce genre de situation”, explique Kais Bensedrine.

Des applications plus qu’utiles

Il s’agit bel et bien d’une application qui sert puisque lors du festival, elle a été téléchargée environ 1000 fois et 87 alertes ont été répertoriées. Bien que l’app’ ait été dédié à ce festival en Tunisie, l’idée d’une telle aide pourrait bien nous être utile en Belgique aussi. En effet, selon le site info de la RTBF, en 2018, une enquête menée par l’ONG “Plan International Belgique” sur le harcèlement lors de festival avait montré qu’une fille sur six en avait été victime au moins une fois au cours des 3 dernières années”. 

A lire aussi: