Home Lifestyle ATCHOUM: voici pourquoi il ne faut surtout jamais se retenir d’éternuer

ATCHOUM: voici pourquoi il ne faut surtout jamais se retenir d’éternuer

Shutterstock
Shutterstock

En pleine saison de grippe, nombreux sont ceux tentant d’étouffer leurs éternuements pour se faire les plus discrets possibles. Une pratique dangereuse puisque, selon des médecins britanniques, retenir un « atchoum » pourrait causer de sérieux problèmes de santé.

L’hiver n’est pas toujours la saison la plus glamour. Entre deux reniflements de nez et une toux grasse, difficile d’empêcher les atchoums explosifs. Mais si se retenir d’éternuer permet d’éviter une déferlante de bruits désagréables, cela peut s’avérer très dangereux. Des médecins britanniques ont en effet indiqué que le procédé pourrait conduire à un anévrisme cérébral dans les cas les plus graves.

On ne se retient plus

C’est dans une étude publiée par la revue médicale BMJ Case Reports, que l’on apprend que fermer la bouche et se boucher le nez pour ne pas éternuer violemment est une très mauvaise habitude. Les spécialistes révèlent en effet que cette pratique pourrait entraîner une déchirure dans la gorge, percer un tympan voire même endommager des vaisseaux sanguins du cerveau. Des situations rares mais tout de même susceptibles d’arriver.

De lourdes conséquences

Un homme de 34 ans en a ainsi fait les frais en Angleterre. Après avoir été admis aux urgences d’un hôpital de Leicester avec le cou gonflé, le patient a expliqué qu’il « avait ressenti une sensation de craquement dans la nuque après avoir tenté de bloquer un éternuement en se pinçant le nez et en fermant la bouche ». Un phénomène que les chercheurs expliquent:

Réprimer un éternuement crée une pression de l’air très forte dans la gorge et dans la tête, ce qui provoque un gonflement du cou et une douleur prononcée.

Le jeune homme en question souffrait ainsi d’une déchirure à l’arrière de sa gorge. Ce n’est qu’après une semaine qu’il a pu sortir de l’hôpital, où il a été nourri avec une sonde et traité avec des antibiotiques. Mais selon les chercheurs, réprimer un éternuement pourrait avoir des conséquences bien plus graves et notamment conduire à « la perforation de la membrane tympanique et même à une rupture d’un anévrisme cérébral ».

On ferme les yeux mais pas la bouche!

Si fermer les yeux durant un éternuement nous paraît naturel, c’est surtout indispensable. En effet, si nous gardions les yeux ouverts durant l’acte, ceux-ci sortiraient de leur orbite! Ce qu’il faut par contre éviter à tout prix, c’est de bloquer l’air en fermant la bouche. On se laisse donc éternuer librement, sans pour autant oublier de mettre le coude devant. Car selon les études les plus récentes sur le sujet, la vitesse d’un éternuement peut atteindre jusqu’à 50 km/h et projeter des microbes jusqu’à 9 mètres de distance. Réjouissant!

D’autres articles pour affronter l’hiver:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.