Home Lifestyle Après la crise du Coronavirus, Venise ne veut plus du tourisme de...

Après la crise du Coronavirus, Venise ne veut plus du tourisme de masse

Unsplash

Avec la crise du Coronavirus, Venise ne sera plus jamais la même. Fortement touchée par l’épidémie, la splendide et romantique ville italienne a décidé de repenser son modèle économique, en disant définitivement « non » au tourisme de masse.

Une pieuvre, des méduses, des crabes, des bancs de poisson, des bulots, des algues… Les eaux de Venise n’ont jamais été aussi claires, dévoilant une faune et flore magiques. L’après Covid-19 donnera un tournant majeur à l’histoire de Venise. En effet, le maire de la ville souhaite donner une autre image de Venise dans le futur.

Passer d’un extrême à l’autre

Le confinement passant par là, les flux importants de visiteurs surpeuplant la ville ont disparu. « On est passé d’un extrême à l’autre. Ici, il y a quelques mois, on ne pouvait même pas se croiser. Maintenant, c’est désert », explique Matteo Secchi, de l’association Venessia, à France Info. Désormais, la ville de Venise souhaite miser sur une économie plus douce, songeant à instaurer un quota de visiteurs par jour. Pour rappel, la ville avait accueilli plus de 30 millions de visiteurs en 2018. « Je crois que l’histoire de ces grands bateaux dans Venise vient de se terminer avec l’épidémie. Cela n’aura plus de sens de les accepter encore », ajoute Matteo Secchi.

Avec cette quarantaine, la nature a repris ses droits. « Ce n’est pas uniquement le trafic et la pollution des bateaux qui ont diminué à Venise. C’est aussi le bruit, qui est une autre forme de pollution et perturbe beaucoup d’organismes vivants de la lagune », explique Marco Sigovini, chercheur à l’Institut des sciences marines de Venise (ISMAR-CNR), à la RTBF. Il suffit de jeter un oeil aux images de la ville actuellement pour comprendre…

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Andrea Mangoni (@andrea.mangoni) le

La faune et la flore de la lagune de Venise sont en fait bien plus diversifiées et intéressantes que ce qu’on pourrait penser. Mais comme les eaux sont en général troubles, on ne prête pas attention à ces organismes ».

explique Marco Sigovinii, à nos confrères de la RTBF. Reste à voir ce qu’il en sera une fois que les voyages seront de nouveau permis, mais il n’y a pas à dire, un pareil coup de boost à l’écosystème, ça rappelle l’importance de prendre soin de notre planète.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.