Home Lifestyle Animaux La Défense envisage de dresser des chiens à détecter le Covid-19

La Défense envisage de dresser des chiens à détecter le Covid-19

Soldier with his trained pit bull terrier

Alors que soignants et gouvernements luttent depuis de longs mois contre un ennemi invisible, qu’on n’aperçoit que quand il est trop tard, le ministère de la Défense a eu une idée originale: utiliser des chiens pour la détection du Covid-19. Une piste prometteuse, déjà étudiée avec succès à l’étranger.

En Allemagne, pionnière de la technique, des études révèlent en effet que les chiens entraînés spécifiquement à détecter le nouveau coronavirus auraient une fiabilité supérieure aux tests PCR tandis qu’au Chili, un commando formé de Labradors et de Golden Retrievers a été formé à détecter la présence du Covid-19 dans la transpiration des malades. Trop wouf? Pas tant que ça: ainsi que l’a expliqué à Belga le capitaine Lange, en charge de l’Unité cynologique Interforces de la Défense, « d’ici fin décembre, on pourrait avoir douze équipes de chiens et maîtres opérationnelles ».

330 millions de capteurs olfactifs

Une aubaine pour pouvoir détecter rapidement et de manière sécurisée les malades qui s’ignorent ainsi que les « super contaminateurs », ces personnes atteintes du Covid-19 sans le savoir qui infectent un nombre parfois ahurissant de personnes. Le Dr Leïla Belkhir, infectiologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles, confiait ainsi à la RTBF que les soignants avaient constaté qu’une grande partie des nouvelles infections étaient liées à un faible pourcentage de personnes. Aux Etats-Unis, un de ces supercontaminteurs aurait ainsi transmis le virus à 53 personnes en deux heures seulement. D’où l’intérêt des chiens dressés à détecter les malades, d’autant qu’au-delà du dressage spécifique, qui peut par exemple leur permettre aussi de détecter drogues et explosifs, les chiens ont un outil de travail incroyable: pas moins de 330 millions de capteurs olfactifs, ce qui leur donne un odorat 50 fois supérieur à celui des humains. Incroyable mais vrai: pour les dresser à détecter une odeur supplémentaire, celle du Covid-19, en l’occurence, il ne faudrait une période de conversion que de 5 à 10 jours seulement. Trop fort, le meilleur ami de l’Homme.

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.