Home @Home & Sorties Le visage horrifié de ce petit garçon nous rappelle l’enfer en Syrie

Le visage horrifié de ce petit garçon nous rappelle l’enfer en Syrie

Le 17 août, cette photo d'enfant apparaissait sur la Toile, nous laissant un goût amer en bouche. Celui de l'impuissance. 

Omar Daqneesh – 5 ans – fixe l'objectif, impassible et horrifié à la fois. Il vient de vivre des bombardements aériens à Alep en Syrie. Le voilà perdu, assis dans une ambulance. Comme le petit corps d'Aylan, retrouvé mort sur une plage turque, ce visage nous rappelle à l'ordre, montrant la réalité du quotidien en Syrie. Sans filtre. Un fardeau sans fard.

Un visage impassible pour réagir

Sur la vidéo qui accompagne la photo, on entend des cris. On voit un secouriste qui prend l'enfant dans ses bras pour l'emmener dans l'ambulance. Le petit garçon est recouvert de cendre et de sang. Il passe sa main sur son visage, voit le sang, l'essuie sur le siège. Sans réaction. Et c'est ça qui frappe, littéralement. L'enfant est visiblement sous le choc. Il ne pleure pas, ne crie pas. Son visage hagard a glacé le sang de milliers d'internautes. On y voit tout l'effroi devant ce qui vient de se passer. Un nouveau bombardement sur Alep, de Bachar Al-Assad, de Daech ou de la Russie.

5 ans de guerre déjà

Et parfois, comme ça, un cliché peut parler à la place d'une communauté. Devenir iconique et représenter la souffrance d'un pays tout entier. Cette photo est en train de faire le tour du monde, pour nous rappeler que chaque jour, des hommes, des femmes et des enfants meurent en Syrie depuis que les combats ont éclaté en 2011. 5 ans déjà. Ce cliché crie tous les maux que cet enfant garde sous silence.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.