Home @Home & Sorties Le ministre indien conseille aux filles de ne pas porter de jupes

Le ministre indien conseille aux filles de ne pas porter de jupes

"Ne portez pas de jupe". Voici ce que le ministre du Tourisme indien conseille aux nanas qui viennent visiter le pays. Une bienveillance anti-viol qui fait polémique…

En Inde, le viol est un vrai problème de société. Et c'est peu dire. 92 femmes sont victimes de viol tous les jours. Un chiffre qui fait frémir. On avait d'ailleurs beaucoup entendu parler de ce drame après le viol collectif et la mort d'une étudiante à New Delhi en 2012.

"Ne portez pas de robes trop courtes"

Ces viols récurrents: voici la raison qui a poussé le ministre du Tourisme indien Mahesh Sharma à conseiller aux étrangères de ne pas porter de jupes ou de robes trop courtes et de ne pas s'aventurer seules la nuit dans les petites villes. Il a même ajouté que cette recommandation serait intégrée aux brochures pour touristes en visite à Agra et au Taj Mahal tout en précisant que la culture indienne était différente de la culture occidentale. Oui, mais… dans quelle culture le viol est-il la norme? Même si l'intention est bonne, le ministre a fait preuve de beaucoup de maladresse.

L'habitude de rejeter la faute sur les femmes

Ces propos lui ont valu une averse de critiques sur les réseaux sociaux de la part d'internautes dénonçant notamment la manie de rejeter la faute sur les femmes en cas de viol. Certains ont même comparé cette déclaration à la polémique du burkini en France.

(Traduction: En France on demande aux femmes de se déshabiller, en Inde de se couvrir. Y-a-t-il une chance qu'ELLES décident comment s'habiller ?)

Le ministre tente de s'expliquer

Des attaques que le ministre a choisi de clarifier:

Nous n'avons pas donné d'instructions spécifiques concernant ce que les femmes doivent porter ou non. Nous leur demandons de faire attention quand elles sortent le soir.

En attendant, on voit dans cette déclaration des propos non réfléchis qui laissent penser que les femmes seraient responsables des viols. Et sinon, éduquer les garçons et leur apprendre qu'on ne touche pas une femme sans son consentement, c'est au programme du gournement indien? Pour le moment, la justice prévoit de condamner les violeurs à la prison à perpétuité et à la peine de mort en cas de décès de la victime. Seul hic: la définition du viol reste limitée et ne reconnaît pas le viol conjugal par exemple.

Vous voulez savoir ce qui se passe dans l'actu? Lisez aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.