Home Culture Cinéma J.K Rowling révèle la vraie raison pour laquelle les Dursley détestent Harry...

J.K Rowling révèle la vraie raison pour laquelle les Dursley détestent Harry Potter

Dix ans après la sortie du dernier tome de la saga, on peut compter sur J.K Rowling pour continuer à distiller des petites pépites exclusives sur l’univers des sorciers. Dernière en date, la cause de l’incroyable animosité de Pétunia, Vernon et Dudley à l’égard d’Harry. Et la cause est tout sauf celle à laquelle on pensait.

Dès la découverte du placard sous l’escalier dans le premier volet, le ton des hostilités était donné. Les Dursley haïssent copieusement Harry, ses pouvoirs, le monde de la magie et tout ce qui peut, de près ou de loin sortir du cadre de la normalité de leur demeure cossue de Privet Drive. Mais ce n’est qu’aujourd’hui, alors que 450 millions d’exemplaires des sept romans se sont vendus à travers le monde, que l’on apprend enfin l’origine de la colère et du ressentiment de ces moldus à l’égard de leur neveu sorcier. Et l’on doit cette information, attendue fébrilement pendant vingt ans à J.K Rowling herself, sur le site Pottermore, la plateforme sur laquelle l’écrivain révèlent encore très fréquemment des détails de la saga et de celle des Animaux Fantastiques.

Un rendez-vous catastrophique

Aux oubliettes, l’option d’un report sur Harry de la jalousie de Pétunia à l’égard de Lily, fille préférée de la famille et douée de pouvoirs qu’elle n’avait pas. Exit la théorie comme quoi le fait que Harry soit un horcruxe aurait fini par jouer sur l’état psychologique de la famille. La véritable raison, donnée par l’auteur est plus pragmatique et nettement plus drôle. Pétunia fit la connaissance de Vernon alors qu’ils étaient tout deux employés dans le même bureau. Elle s’éprit rapidement du jeune homme et surtout de sa normalité. Après avoir avoué à son fiancé que sa sœur et le compagnon de celle-ci étaient des sorciers, Pétunia décida de présenter Vernon à Lily et James Potter. Une rencontre dans un restaurant, qui tourna au cauchemar. Jugeant James beaucoup trop arrogant, Vernon déclara que les sorciers vivaient certainement d’allocations chômage, ce à quoi le futur père d’Harry rétorqua qu’il avait une importante fortune à la banque de Gringotts, héritée de sa famille.

Pas le choix

Par la suite, Pétunia se refusa à prendre Lily pour demoiselle d’honneur pour son mariage et ne fut pas invitée à celui de sa sœur. Ils perdirent contact, jusqu’à l’arrivée sur le pas de la porte des Dursley, d’un bébé dont le front était zébré d’une cicatrice. En lisant la lettre de Dumbledore qui accompagnait le jeune Harry et en découvrant le sacrifice héroïque de Lily pour sauver son fils, Pétunia ne pû se résoudre à abandonner l’enfant et décida de l’élever, presque comme s’il avait été le sien. Mais la ressemblance d’Harry et de son père était trop grande, et, s’accentuant encore avec les années, elle empêcha toujours les Dursley de tourner la page de leurs relations désastreuses avec James Potter et la magie.

Pétunia a adopté le fils de sa sœur à contrecœur et a passé le reste de l’enfance d’Harry à le punir pour son propre choix.

Autant dire qu’on adore replonger, le temps de quelques lignes, dans le roman le plus épique de notre adolescence. Et on continue de rêver au jour où J.K Rowling reprendra sa plume pour nous entraîner dans d’ensorcelantes nouvelles aventures!

On pratique encore quelques sorts:

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.