Home Culture Télévision 5 séries parfaites pour une pause dans le blocus

5 séries parfaites pour une pause dans le blocus

Pour nombre de jeunes Belges, qui dit retour du printemps dit (malheureusement) aussi blocus, et avec lui, toutes les tentations qui menacent la concentration. Pour faire un break sans perdre 3h d’étude, petite sélection de 5 séries aussi brèves que distrayantes.

Qui ne s’est jamais dit « juste un petit épisode » pour, au mieux, se tenir à sa promesse mais perdre une heure d’étude, et pas mal de motivation en prime, ou au pire, se retrouver aspiré dans plusieurs heures de visionnage, et perdre toute une aprèm’ de blocus au passage? Afin de manoeuvrer intelligemment ce danger, on a sélectionné pour vous 5 séries aux épisodes relativement courts, pour que votre pause ne fasse pas déraper votre programme d’étude de la journée.

Arrested Development (Netflix)

Le pitch: excédé par les excès de sa famille, plus irresponsables les uns que les autres, Michael Bluth, veuf et père d’un ado de 13 ans, décide de démarrer une nouvelle vie en Arizona. Juste avant son départ, son père, qui dirige l’entreprise familiale, est arrêté pour une affaire d’abus de biens sociaux, et la famille, jusqu’ici habituée à un certain train de vie, devient pauvre, et très désemparée. Pris de remords, Michael décide alors de rester afin de les aider car, comme il le dit : « Vous êtes tous désespérément décevants, mais vous êtes ma famille ! »

Pourquoi on aime: Des situations loufoques, un humour mordant, un casting au top (Portia de Rossi, Jason Bateman, Alia Shawkat ou encore un jeune Michael Cera), Arrested Development a tout bon, et les fans de GIF ne manqueront pas de ricaner en découvrant Lucille Bluth.

Durée de l’épisode: 22 minutes

Sex & The City (HBO)

Le pitch: basée sur un recueil de chroniques écrites par la journaliste Candace Bushnell, la série suit les (més)aventures de quatre amies new-yorkaises, trentenaires et célibataires : Carrie, journaliste à la tête d’une rubrique où elle dissèque les relations hommes-femmes ; Charlotte, galeriste naïve et romantique ; Miranda, avocate cérébrale et cynique et Samantha, attachée de presse, dévoreuse d’hommes.

Pourquoi on aime: La série a beau avoir plus de 20 ans maintenant, elle n’a pas pris une ride, et tant les préoccupations des héroïnes que leurs tenues sont encore furieusement d’actualités. On se passionne pour leur quotidien foutraque qui ressemble un peu au nôtre (les dressings de folie en prime), et surtout, on la mate entre copines pour décider qui est qui.

Durée de l’épisode: 30 minutes

Brooklyn 99 (Netflix)

Le pitch: la vie au sein du commissariat de police de Brooklyn n’est pas de tout repos. Une pléiade d’inspecteurs un poil loufoques doivent jongler entre leur mission de protéger et servir les habitants de la ville, leur vie personnelle et surtout celle du bureau.

Pourquoi on aime: Venant d’un des créateurs de la mythique version US de The Office, on ne peut que s’attendre à du haut niveau, et de fait, avec son humour qui oscille entre blagues grasses et ironies, ses scénarios bien ficelés et riches en émotion, Brooklyn Nine-Nine ne déçoit pas. Mention spéciale à Andy Samberg, qui joue un idiot, certes, mais sacrément mignon quand même.

Durée de l’épisode: 21 minutes

The Office (Amazon Prime)

Le pitch: la série met en scène le quotidien des employés de bureau d’une société de vente de papier, Dunder Mifflin, à Scranton en Pennsylvanie et de leur fantasque responsable, Michael Scott, dont le rôle est tenu par Steve Carell.

Pourquoi on aime: Un pseudo-documentaire sur une société de vente de papier, boring? Au contraire! The Office est un vrai bijou, ultra drôle, souvent aussi émouvant, culte, et qui a révélé des acteurs tels que Steve Carell et John Krasinski. On se passionne pour leur quotidien, et à la fin de la 9e saison, c’est un vrai déchirement de dire adieu aux personnages.

Durée de l’épisode: 22 minutes

30 Rock (Amazon Prime)

Le pitch: la série se déroule dans le célèbre bâtiment new yorkais du 30 Rockefeller Plaza, et relate les vies professionnelles et personnelles des différents personnages travaillant, pour la plupart, pour TGS (The Girlie Show), une émission de télévision fictive, sur la chaîne de télévision américaine NBC. L’équilibre de l’émission est chamboulé par l’arrivée de Tracy Jordan, une ancienne star excentrique d’Hollywood, ainsi que le nouveau directeur de NBC, Jack Donaghy.

Pourquoi on aime: Créée par Tina Fey, la série est à son image: brillante, décapante, et dotée d’un humour mordant. Les épisodes offrent l’évasion mentale parfaite, et ne manqueront pas d’intéresser tout particulièrement les étudiants qui se destinent au journalisme et savoureront cette vue des coulisses.

Durée de l’épisode: 25 minutes

D’autres séries irrésistibles:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.