Home Culture Musique 4 preuves que le festival des Solidarités se bat pour célébrer les...

4 preuves que le festival des Solidarités se bat pour célébrer les femmes

Depuis 2013, le festival des Solidarités nous prouve chaque année un peu plus son engagement pour un monde meilleur. Au-delà de l’écologie et du vivre-ensemble, les organisateurs ont aussi veillé à la parité hommes-femmes.

L’édition 2019 s’annonce particulièrement alléchante. Avec des têtes d’affiche de rêve comme Aya Nakamura, Clara Luciani, Angèle ou Axelle Red, le festival a également fait la part belle aux femmes. Une part équitable puisque cette édition va célébrer la gent féminine, tant sur scène que dans l’Agora. « Aux Solidarités, priorité est faite au mélange des gens, des cultures afin d’initier le mouvement qui amorcera le changement nécessaire vers une société plus juste et solidaire » expliquent les organisateurs. Voilà 4 preuves que les Solidarités sont résolument engagées pour le féminisme.

1

Une affiche 50/50

Ce festival est l’un des rendez-vous incontournables de la saison estivale. Et pour cause, les artistes présents durant les trois jours de festivité ont été sélectionnés pour plaire à tous les publics. Mais l’équipe des Solidarités a également mis un point d’honneur à respecter la parité hommes-femmes en proposant une affiche avec autant d’artistes féminines que masculins.

2

Un débat centré sur les femmes

Cette année, dans l’Agora lieu de discussion bienveillante, une rencontre-débat est organisée avec le thème suivant: « Pourquoi les femmes s’emparent-elles des combats sociaux et écologiques? » « Qu’il s’agisse des jeunes pour le climat, des gilets jaunes ou encore de la manif du 8 mars, toutes ces contestations ont un point commun, les femmes! Depuis près d’un an, elles ont pris le « lead » de ces mouvements mais pourquoi ? Ce phénomène est-il vraiment neuf ? Est-ce le fruit du hasard ? C’est ce que nous tenterons de décoder lors de ce débat » nous explique Melissa Martin qui fait partie de l’organisation.

Ce débat se fera avec la participation de femmes inspirantes: Adélaïde Charlier (Youth for Climate), Marie Gobert (membre du groupe actions citoyennes contre les mesures gouvernementales), Selena Carbonero Fernandez (Présidente du Bureau wallon des Femmes de la FGTB) et Christine Mahy (Secrétaire Générale et Politique du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté). Une belle occasion de montrer la mobilisation menée, portée par les femmes depuis presque un an.​ Ce débat aura lieu le 23/08 de 14 à 16h.

3

Un karaoké engagé

Histoire de faire la fête en musique tout en faisant passer un message engagé, les Solidarités ont organisé un karaoké géant avec des titres qui ont marqué leur époque. Quelques exemples? « Djadja » d’Aya Nakamura, « Balance ton quoi » d’Angèle ou « Girls just want to have fun » de Cindy Lauper.

4

Un dispositif anti-harcèlement renforcé

On le sait, les festivals sont des lieux favorables au harcèlement sexuel. Souvenez-vous des viols à Dour, des agressions sexuelles à Coachella outre-Atlantique. Le dernier bilan de Plan International fait d’ailleurs état d’une fille sur 6 harcelée en festival ces trois dernières années. Pourquoi? « La consommation, la foule et la musique facilitent le passage à l’acte » peut-on lire dans le communiqué des Solidarités.

Afin de mettre en place des mesures préventives, les Solidarités ont lancé le Plan Sacha, en collaboration de Latitude Jeunes et avec l’aide des FPS et de la FCPF. Ce plan tourne autour de 3 axes qui, en pratique, seront mis à disposition des festivaliers dans une tente « safe zone » et une « prévention ». Un numéro d’appel d’urgence a été activé, une équipe de bénévoles formés ainsi que des services de sécurité et de prise en charge médicale seront en place pour agir en cas d’urgence.

Melissa Martin pense que ces initiatives n’auraient pas été possibles sans la libération de la parole supportée par les artistes actuelles: « si aujourd’hui des sujets comme le harcèlement, le consentement sont pris au sérieux, on le doit aussi à des artistes comme Angèle, Clara Luciani, Aya Nakamura, qui par leurs textes ont permis de libérer la parole ».

Envie d’acheter vos places pour ne surtout pas manquer l’événement? Rendez-vous sur Lessolidarites.be.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.