Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Corbis

Virginie Efira: « La taille, je m’en fous! »

Attendue à Cannes avec Elle de Paul Verhoeven, Virginie Efira brillera dans les salles obscures dès ce 4 mai avec Un Homme à la hauteur. Une comédie romantique où elle tombe amoureuse de Jean Dujardin. Mais pour l'occasion, l'acteur campe un homme très très petit.

Un homme à la hauteur

 

Qu'est-ce qui vous a séduite dans cette comédie, son côté décalé, l'idée de donner la réplique à Jean Dujardin…?

"Les deux, l'envie de travailler avec le réalisateur (Laurent Tirard, nldr) aussi. Dès que j'ai entendu parler du projet, j'ai eu envie d'en faire partie. J'étais intéressée par son côté décalé,  l'originalité du sujet – on parle d'une femme qui a honte de l'homme qu'elle aime -, la confrontation entre le regard intime et le regard social… Je savais aussi que ce serait Jean Dujardin qui tiendrait le rôle principal, et je trouvais que c'était une bonne idée. Au début, ils n'avaient pas pensé à moi, mais je me suis présentée au casting et j'ai décroché le rôle!"

 

Le choix de Jean Dujardin pour incarner un petit homme, plutôt qu'un vrai nain, est étonnant…

"On aurait clairement eu un tout autre film, dans une veine bien plus réaliste. Le but ici était vraiment de réaliser une comédie, de jouer sur cet aspect surprenant… C'est un remake d'une comédie argentine, dont le rôle principal est déjà tenu par un acteur très populaire. On a gardé cet esprit ici. Voir Jean, incarnation de l'homme vif, de stature normale, jouer un homme tout petit, ça étonne."

Il faut en effet s'habituer à le voir évoluer comme cela, c'est un peu… spécial!

 

Ça devait parfois être aussi bizarre à jouer, non?

"Oui. Heureusement, il y avait plein de plans serrés où l'on jouait sur les regards. Il y a eu par contre des plans en pied assez étranges à tourner, Jean devait regarder au-dessus de ma tête pour jouer et moi, je devais fixer son torse.  Si je me penchais vers lui comme pour l'embrasser, je devais en réalité, viser ses pectoraux… Ça nous a valu quelques fous rires."

 

La taille ne compte pas

Vous est-il déjà arrivé d'avoir honte de celui que vous aimiez?

"Oui. J'ai d'ailleurs réinjecté dans le personnage des souvenirs personnels, des ressentis. J'en ai honte, mais il m'est en effet arrivé de sortir avec des hommes qui m'embarrassaient une fois que l'on sortait de notre cocon intime. Des moments où l'on se dit "Mais pourquoi il parle comme ça? Mais pourquoi il fait ça?" Ça nous arrive à tous, je pense."

 

Sortir avec un homme plus petit que vous, ça vous ennuierait?

"Je n'ai jamais eu de blocage sur la taille. je suis sortie avec des hommes pas très grands, mais jamais avec des hommes plus petits que moi. La taille, je m'en fous en fait. Par contre, je peux bloquer sur d'autres aspects. Sur des différences idéologiques, par exemple. Un homme qui exprime des réflexions misogynes ou qui flirtent avec l'extrême droite, c'est rédhibitoire."

 

Quels sont les petits et grands défauts que vous tolérez, ceux que vous détestez?

"Je ne supporte pas la pingrerie. Je n'aime pas non plus les gens qui se prennent trop au sérieux. Un égo surdimensionné, ce n'est franchement pas très séduisant. Quelqu'un qui donne une image de lui très loin de ce qu'il est vraiment me dérange aussi… Par contre, j'aime les petits défauts qui caractérisent une personnalité. Quand j'aime quelqu'un, ses défauts me charment: un homme qui prend un peu de poids, un petit défaut physique, une certaine forme de maladresse…"

 

Retrouvez également Virignie Efira dans votre magazine Flair à partir de ce mercredi 4 mai.

 

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

 

Suivez l'actu cinéma avec Flair

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires