Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Tomorrowland

Tomorrowland annulé? Deux bourgmestres refusent de maintenir le festival

Laurane Wattecamps

Alors que la vente des billets Pukkelpop a commencé mercredi dernier, de mauvaises nouvelles sont peut-être à prévoir pour un autre grand festival belge. Bien que les événements musicaux avec des milliers de visiteurs soient autorisés à se poursuivre à partir de la mi-août, les bourgmestres de Boom et Rumst ne sont pas d’accord et veulent interdir l’édition reportée de Tomorrowland 2021.


Tomorrowland a normalement lieu fin juillet chaque année, mais l’édition 2020 ayant été annulée en raison de la crise sanitaire toujours en cours, il avait été suggéré de déplacer celle de 2021 plus tard cet été. Mais c’était sans compter la décision des bourgmestres de Boom et de Rumst.

L’édition reportée de Tomorrowland pourrait avoir lieu les 27, 28 et 29 août 2021 et les 3, 4 et 5 septembre 2021. Maintenant, les deux bourgmestres ont refusé la demande de permis. Les organisateurs du festival l’ont annoncé dans un communiqué.

Une décision prise par sécurité pour la population. D’autant plus que la décision ministérielle concernant les événements jusqu’à 75 000 personnes n’a pas encore été actée et que la police ferait face à un travail infaisable de vérifier les certificats de vaccination de tous les participants.

Éviter une épidémie locale


« Ce serait personnellement très difficile pour moi s’il y avait une épidémie locale à la suite de Tomorrowland », a déclaré le bourgmestre de Boom, Jeroen Baert, dans le communiqué de presse. « C’est une décision de bon sens, pas du cœur », reconnaît celui de Rumst, Jurgen Callaerts.

L’annulation de cet événement mondialement connu pourrait coûter près de deux millions d’euros à la Flandre. Mais si Tomorrowland 2021 n’a pas lieu cette année, les festivaliers pourront utiliser leurs billets pour la prochaine édition, a informé la porte-parole Vtm Nieuws.

Les organisateurs de Tomorrowland peuvent déposer une nouvelle demande de permis et la porter devant le Conseil d’Etat, mais plus la fin août approche, plus il est difficile pour la police de s’organiser. « Cela vient comme un coup de massue, très dur et inattendu ». Mais les jeux ne sont pas faits pour autant. Le festival peut compter sur le soutien des gouvernements fédéral et flamand. De nombreux ministres veulent le maintien du festival. « Si Pukkelpop est possible, je suis convaincu que nous pouvons aussi organiser Tomorrowland » a déclaré Bart Somers, ministre flamand de l’intérieur.

Lire aussi:


 

 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires