Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

On a vu Ed Sheeran à Londres: voici à quoi s’attendre pour son concert en Belgique 

Laura, notre journaliste people, a pu assister à l’un des concerts londoniens d’Ed Sheeran avant sa venue en Belgique, le 1er juillet, à Werchter Boutique. Attention, spoiler alert : voici un aperçu de ce à quoi vous pouvez vous attendre…


Depuis le mois de mai dernier, Ed Sheeran traverse les continents pour présenter à son public sa tournée des stades. Chaque soir,ou presque, le Britannique joue devant des foules en transe de pratiquement 100.000 personnes. Pas de musiciens, pas de grand show à l’américaine, Ed Sheeran s’accompagne lui-même à la guitare sur chacun de ses morceaux. Au stade de Wembley, il nous a prouvé que, finalement, il n’en fallait pas plus pour faire danser, chanter et hurler un auditoire de fans déchaînés, aussi nombreux soient-ils…


 

Exemple concret d’un succès fulgurant, Ed Sheeran fait salle comble, partout dans le monde. Les places pour ses concerts, une fois mises en vente, disparaissent à la vitesse de l’éclair.

Pour se procurer un ticket, il faut s’armer de patience, ne pas tergiverser sur l’emplacement des places, et réagir plus vite que son ombre.

J’ai finalement réussi à obtenir mon précieux sésame pour l’un des quatre concerts donnés ce week-end dans le mythique stade de Wembley, à Londres. Je rêvais de voir l’artiste jouer chez lui, auprès des siens. Ce 15 juin 2018, nous étions 88.000 âmes habitées par ce même rêve.


D’emblée, c’est la taille du stade qui me frappe. La foule qui se bouscule sur la pelouse, qui habite chacune des tribunes. En comparaison, la scène semble minuscule et, depuis mon emplacement, Ed Sheeran a l’air d’avoir la taille d’un Playmobil. #ViveLesEcransGéants


 

Après Jamie Lawson, premier artiste signé sur le label du rouquin, c’est Anne-Marie qui chauffe la salle au son de tubes comme « Rockabye », « Ciao Adios » ou « Friends », extraits de son premier album, « Speak your mind ».

https://www.instagram.com/p/BkFb0hSnevR/?taken-by=annemarie

La foule s’anime et s’affole lorsqu’elle quitte la scène pour laisser place à Ed Sheeran qui ouvre le bal sur « Castle on the Hill ». Le chanteur, qu’on imaginait plutôt timide, n’est pas avare d’anecdotes. Il s’excuse de ne connaître que deux ou trois pas de danse ridicules et invite l’auditoire à se laisser aller aux pires chorégraphies. L’ambiance retombe pour laisser place à l’émotion lorsqu’il entame le refrain de « The A Team », son premier morceau. Les fans de la première heure connaissent les paroles par cœur. Quelques minutes plus tard, lorsque le soleil s’est couché, Ed Sheeran entame une nouvelle ballade, « Happier ». Le ciel au dessus du stade est assez sombre pour être illuminé par les smartphones du public.

J’ai l’impression de flotter dans la voie lactée, bercée par la voix du chanteur, dont les textes me transpercent le cœur. »


Parce que, selon moi, aucun artiste jusqu’ici n’est arrivé à poser des mots aussi justes sur ce sentiment universel qu’est l’amour. Il nous offre d’autres moments romantiques en intérprétant « Thinking Out Loud », « Photograph », ou « Perfect ».

 


 

Il nous fait danser aussi sur « Shape of You » ou « Galway Girl » et nous prouve qu’il a plus d’une corde à sa guitare.

On sent une complicité avec le public, celui de son cœur, de la première heure. Et, moi, je ne regrette pas d’avoir fait le déplacement. En deux heures de train seulement, et pour un prix plus qu’abordable (si on prend le temps de réserver ses billets Eurostar à l’avance), j’ai pu voir Ed Sheeran chez lui, à la maison.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires