Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty Images

Lizzo, le phénomène pop au message body positive

Lizzo c’est LA sensation musicale de l’année. Son dernier album, “Cuz I Love You”, sorti en 2019, est un véritable carton. Plus qu’une chanteuse, la jeune femme de 31 ans est en passe de devenir une véritable icône du self-love.


En 2018, son nom ne vous disait peut-être rien mais aujourd’hui impossible de passer à côté du phénomène Lizzo. Élue « artiste de l’année » par le magazine Time, ses hits squattent le top des classements musicaux. Un succès fulgurant que même la jeune femme n’avait pas vu venir : « 2009 était l’année de la mort de mon père mais également l’année où je vivais dans ma voiture. J’étais une fille de Houston, Texas, qui n’avait aucun plan, aucun espoir. 2019 est l’année où mon album est devenu numéro 1 et où j’ai dit à ma maman « Je peux t’acheter une maison ». Tout peut arriver en une décennie. » C’est par ce post que Lizzo a décidé de clôturer l’année sur son compte Instagram.


L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu


Parmi ses titres phares on retrouve : Truth Hurts, Boys, Juice, Tempo mais encore Good As Hell et Cuz I Love You. Des tubes qui nous donnent envie de danser tout en nous procurant une bonne dose de confiance en nous. Son style? Des influences Pop, Rap, RN’B... Même si Lizzo l’affirme, elle ne veut pas être rangée dans une case.

Une source d’inspiration


Lizzo est devenue un véritable étendard de l’acceptation de soi. Complexée par son poids étant plus jeune, cette afro-américaine est a appris progressivement à s’aimer comme elle était. Aujourd’hui, la chanteuse est partisane du mouvement « body positive », une femme inspirante qui apprécie ses rondeurs, ses bourrelets et ses vergetures et qui incite les autres à faire de même. Exit Photoshop, on assume tout ! Lizzo n’hésite pas à exposer son corps sous toutes ses coutures sur son compte Instagram et lors de ses concerts. Son dernier album est une ode à l’amour de soi. « Avec Cuz I Love You, j’ai voulu raconter mon histoire, celle d’une femme ronde, forte, féministe et fun, qui s’assume complètement. »

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Lizzo confiait pourtant l’année dernière à Glamour, ne pas aimer qu’on dise d’elle qu’elle est « courageuse ».  « Quand les gens regardent mon corps et disent : « Elle est si courageuse », c’est comme si on disait au contraire que je ne l’étais pas. Je vais très bien. Je suis sexy. Si vous voyez Anne Hathaway en bikini sur une affiche, vous n’allez pas dire qu’elle est courageuse. Il y a juste deux poids deux mesures quand il s’agit des femmes. Je n’aime pas que les gens pensent que c’est difficile pour moi de me voir belle. Je n’aime pas que les gens soient choqués par l’idée que je puisse me trouver belle. » Et elle a bien raison !

Soutien du mouvement LGBTQ+


Celle qui appelle ses fans les « Lizzbians » soutient fièrement la communauté LGBTQ+. En ce qui concerne sa sexualité, elle confiait à TeenVogue ne pas se ranger dans une catégorie : « Je ne peux pas vous dire que je suis de telle ou de telle orientation sexuelle. C’est pour cela que les couleurs du drapeau LGTBQ+ sont un arc-en-ciel ! Il existe un spectre très large de couleurs et en ce moment, on essaye de le rendre soit noir soit blanc. Mais ça ne marche pas pour moi. »

Des débuts de carrière compliqués


Lizzo en aura pourtant bavé pour en arriver là. Née en 1988 à Détroit, Melissa Viviane Jefferson de son vrai nom grandit dans un foyer où la musique a une place essentielle. Suite à un cadeau de son père, elle commence à jouer de la flûte traversière et intègre une fanfare. Sa première formation est donc classique. Mais tout doucement, elle se tourne vers le rap et choisi son nom d’artiste. En 2009, son père décède et Lizzo commence une dépression. A l’époque, très complexée, elle voulait perdre du poids. Cette année-là, sans argent, elle vit dans sa voiture. Avec un seul but : percer dans la musique. Elle commence par chanter pour des petits groupes avant de s’affirmer et sortir deux albums solo : Lizzobangers et Big Grrrl Small World. Malheureusement, ils n’auront pas le succès espéré. En 2014, elle a la chance de collaborer avec Prince pour le titre Boytrouble. L’artiste l’aidera à prendre confiance en elle et à affirmer son propre style.

Un succès tardif


En 2019, Truth Hurts permet à la jeune femme d’enfin connaître enfin un succès mondial. La chanson parvient à rester à la première place du Billboard Hot 100 (le classement hebdomadaire des musiques les plus populaires aux États-Unis) pendant sept semaines consécutives. Un titre qui pourtant était sorti... trois ans plus tôt ! Lizzo a d’ailleurs confié au magazine People, « le jour de la sortie de Truth Hurts est probablement un des jours les plus sombres de ma carrière. Je me disais que si j’arrêtais la musique, personne n’y prêterait attention. C’était ma meilleure chanson et tout le monde s’en foutait. » C’est la comédie romantique Someone Great sur Netflix qui aura permis ce succès inattendu. Lors d’une scène, les personnages principaux dansent et chantent en effet sur le tube de Lizzo.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

 

Aujourd’hui on peut dire que Lizzo a enfin le succès qu’elle mérite. En janvier dernier elle a reçu le Grammy de la meilleure performance pop. Et ce n’est que le début. On a hâte de continuer à s’inspirer de cette très belle figure du body positivisme.

Encore un peu de musique:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires