Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty

Cette étude défend l’éducation des enfants issus de couples homosexuels

Manon de Meersman

N’en déplaise aux homophobes ou aux détracteurs de la famille homoparentale, une étude vient de révéler que les enfants élevés par un couple du même sexe obtiennent de meilleurs résultats à l’école. Mais attention, cela ne signifie pas pour autant que l’un fait mieux que l’autre, cela démontre purement et simplement l’égalité des chances sur le sujet.


L’étude a été publiée par la Revue américaine de sociologie et rapporte que les enfants élevés dans une famille homoparentale possèderaient 4,8% de chances supplémentaires de réussir à l’école primaire et secondaire. La raison? Notamment la motivation des couples homosexuels à avoir et à élever ensuite un enfant.

« Les enfants d’homoparents font tout aussi bien que les autres »


Si cette donnée ressort de l’étude, elle reste malgré tout à prendre avec des pincettes puisque les auteurs de celle-ci « ne trouvent pas d’hétérogénéité dans les résultats en fonction du genre de l’enfant, de son ethnicité ou encore du statut marital de ses parents ». En d’autres mots, l’orientation sexuelle des parents ne constituerait pas à tout prix l’explication première de cette réussite. En revanche, ce qu’il est bon de retenir, c’est que les parents homosexuels sont généralement plus âgés, avec un bagage financier et éducatif plutôt fourni. « En cause, les difficultés d’accéder à la parentalité: en effet, il faut aux couples de même sexe américains de l’argent et du temps pour s’engager dans cette procédure », rapporte le magazine Têtu.

La motivation à être parents et l’anticipation d’avoir un enfant aurait trois fois plus d’impact que les caractéristiques socio-économiques »,


précise l’étude. « Nous en concluons que les enfants nés par des homoparents ont au moins autant de chance (si ce n’est plus) d’être bons à l’école que les autres enfants », expliquent les chercheurs.

Une affirmation dont les propos restent à nuancer malgré tout. « Des études conduites aux États-Unis pendant les deux dernières décennies soutiennent l’hypothèse de la non-différence entre les parentalités : les enfants d’homoparents font tout aussi bien que les autres parents », a ajouté Deni Mazrekaj, chercheur à Oxford dans la revue britannique Unilaid.

Source: Têtu

 

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires