Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

10 choses qui prouvent que vous êtes une vraie Montoise

Laurane
Mons n’est pas que la Capitale européenne de la cutlure de 2015. C’est une ville pleine de charme et de secrets. Celles et ceux qui y vivent restent Montois pour toujours. Les vrais savent. En voici la preuve.


 

1. Le Marché aux Herbes n’est pas un endroit où acheter des épices


C’est le repère du vendredi, the place to be pour boire un coup, l’endroit de rendez-vous incontournable. Le Marché aux Herbes est aux Montois ce que le Carré est aux Liégeois. On a tanné nos parents pour y aller quand on avait 15 ans. Boire un tango ou une grisette nous donnait des frissons. Pouvoir rester jusqu’à 1 h du matin relevait du miracle.

 

2. Un vendredi sans frites chez Bily n’est pas un vendredi réussi


Qui dit vendredi, dit Marché aux Herbes. Qui dit Marché aux Herbes dit chez Bily. On a toutes vécu cette grosse dalle post 23 h et ce moment où on a glorifié Bily de nous servir des portions gigantesques à partager avec les copines.

 

3. Tu décomptes les jours avant le Doudou à partir de 365


Comment oser parler de Mons sans aborder son folklore mondialement connu. Non, le Doudou n’est pas une peluche qu’on offre à notre neveu à Noël. Le Doudou, on l’a dans le sang, dans la peau. D’ailleurs, les dates des dix prochaines années sont déjà inscrites dans notre agenda.

 

4. ... et tu te balades avec du crin de cheval autour du poignet


Parce qu’à Mons, c’est tout à fait normal de s’amasser à 10.000 autour d’une corde pour arracher du crin de cheval de la queue d’un dragon en papier mâché. Une fois le Saint-Graal absolu récupéré, il faut l’exhiber fièrement à notre bras pour vivre une année de bonheur.

 

5. Tu as fait ta première sortie au Pub


Ou au Chinchin. Ou à la Lorgnette. Et tu regrettes le temps où la bûche flambée était à 10 euros. Le Pub, c’était le repère des grunges et des gens cool. On avait toujours cette petite appréhension en passant devant le videur. Mais une fois à l’intérieur, c’était comme à la maison.

 

6. L’idée d’affronter les passerelles de la gare te fait frémir


Les travaux ne sont pas prêts d’être terminés mais nos cuisses s’en souviendront toute notre vie.

 

7. Tu entends parler de l’ouverture d’un Primark depuis 3 ans


Depuis trois ans, ou dix, on ne sait plus trop. Un coup c’est oui, un coup c’est non. Le schéma s’est répété avec IKEA mais il a finalement vu le jour. Oserait-on espérer encore?

 

8. Tu peux vivre n’importe où, quand tu reviens à Mons, ton accent aussi


Quand on te demande combien de langues tu parles, il y en a minimum deux. Le français et le borain, ce beau langage qui fait partie de notre patrimoine génétique. On termine toutes nos phrases par « quoi » ou par « hein ». C’est vrai, hein?

 

9. Tu sais enfin qu’Arne Quinze est l’inventeur du Mikado


Et qu’un Mikado, c’est fragile. Parfois, ça casse.

 

10. Tu appelles l’ancien Premier Ministre par son prénom


On est comme ça à Mons. Pas de chichis. Elio, c’est notre pote depuis toujours, celui qui prend la peine de venir faire coucou à tout le monde et de payer un verre. D’ailleurs, le fameux verre d’Elio est une institution établie au patrimoine mondial de l’Unesco. Du moins, il devrait. Santé!

 

La Wallonie, ce beau pays: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires