Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Danae Mercer

Une influenceuse dénonce les avant/après des fitgirls d’Instagram

Laurane

Vous culpabilisez devant les photos des fitgirls sur Instagram? Une journaliste et influenceuse dénonce à travers de nombreux clichés la supercherie qui met nos corps en défaut.


Combien d’entre nous n’ont pas rêvé des corps parfaits qu’on nous montre sur les réseaux sociaux? Ces tailles toutes fines qui finissent par des fesses galbées et rebondies comme une jolie pêche... Un mensonge? Tous ces corps dessinés, toniques et lisses ne sont parfois que le fruit d’une brillante association de lumière, de poses élaborées et d’angles bien choisis. C’est ce qu’a tenu à dénoncer Danea Mercer, une journaliste et influenceuse bodypositive sur Instagram.

 

 

Danae Mercer fait beaucoup parler d’elle en dévoilant toutes les astuces de ces photos à l’apparence parfaite. Elle montre sans complexe son vrai corps, celui d’une femme sûre d’elle. Et ça fait un bien fou. Oui, on peut avoir l’air top biche une seconde et les cuisses piquées de cellulite la seconde d’après. Ça n’implique pas pour autant d’être moins belle, d’avoir moins de valeur. Et ça permet aussi de relativiser devant les publications léchées des réseaux.

Bien sûr, toutes les influenceuses ne suivent pas le même schéma et ne sont pas là que pour nous mettre de la poudre aux yeux. Bien sûr, les efforts paient et certaines ont bossé dur pour avoir « leur corps de rêve ». Mais gardons bien à l’esprit qu’être critique est indispensable devant de telles photos. Ce n’est pas parce qu’elles nous montrent un moment précis de leur vie qu’elles ressemblent à ça en toutes circonstances. Ce n’est pas parce qu’on a de la cellulite, des vergetures, des kilos « en trop » comme on aime tant les nommer, des poils, etc qu’on n’est pas normales. Les réseaux sociaux nous permettent de montrer certaines facettes de nous-mêmes, savamment choisies mais nous font aussi vite oublier qu’elles ne sont qu’une partie de la réalité.

Prenons l’exemple de la plus célèbre famille d’Amérique, les Kardashian. Quand Kylie Jenner exhibe son corps sur le réseau social, il ressemble à ça:

 

Mais il lui arrive aussi de ressembler à ça:

Posted by La Scandaleuse on Tuesday, April 21, 2020


 

Dans les deux cas, c’est ok. Parce qu’il n’y a pas de normes à suivre, de canon de beauté à atteindre, de « body goal » pour lequel se rendre malade.

L’image que vous voyez dans le miroir ou à travers le prisme de votre objectif ne reflète pas qui vous êtes.


Il est temps de glorifier nos corps qui nous permettent de marcher, de penser, de vivre en oubliant la plastique des Barbie qui n’ont rien d’anatomiquement normal. Et c’est bien le problème de cette mode de « perfect body » sur Internet: ils nous donnent envie d’atteindre des objectifs qui sont impossibles puisqu’ils n’existent pas.

On voudrait nous faire croire qu’il n’y a qu’une forme de perfection alors que la perfection n’existe pas.


Lire aussi:


 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires