Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty Images

Bébé arrive, comment je m’y prends pour trouver une place en crèche?

Amandine de Harlez

Vous venez  à peine de vous réjouir à l’idée de devenir maman, que vous devez déjà vous inquiéter de trouver une solution de garde pour votre bébé. Quelles sont les options qui s’ouvrent à vous et à quel moment doit-on s’y prendre?

La plupart des milieux d’accueil ne prennent pas d’inscription avant 3 ou 4 mois de grossesse. Profitez de ces premières semaines pour dresser la liste des différents endroits pouvant garder votre enfant. Tenez compte de vos horaires, vos trajets et vos jours de travail et faites un premier tri.

À 3 ou 4 mois de grossesse, il est temps de prendre des rendez-vous et de vous manifester auprès d’un maximum de lieux de garde pour mettre toutes les chances de votre côté. N’hésitez pas à appeler régulièrement  les crèches où vous souhaitez inscrire votre enfant pour montrer votre intérêt.

Quel mode de garde choisir?

Les crèches communales

Les avantages: L’ONE ou Kind en Gezin encadrent les établissements. Le personnel est obligé de suivre des formations. En cas d’absence d’une puéricultrice, une remplaçante prend le relais. En général si un enfant est malade ou en vacances, les jours d’absence ne sont pas facturés.

Les inconvénients: Les listes d’attente sont longues. Les microbes se propagent rapidement au sein des grandes communautés de bébés. Le personnel tourne au niveau des horaires, il n’est pas fixe. Seuls les habitants de la commune sont prioritaires.

Les crèches privées

Les avantages: Les listes d’attente sont moins longues. Il ne faut pas forcément être domicilié dans la commune pour accéder à la liste d’attente.

Les inconvénients: Le forfait journalier est fixe et sera facturé même si l’enfant est absent.

L’accueillant·e

Les avantages: L’ONE ou Kind en Gezin encadrent tous les établissements d’accueil. La personne responsable est obligée de suivre des formations. L’accueillant·e est une figure de référence pour les quelques enfants dont il·elle s’occupe. La cadre est plus familial.

Les inconvénients: Si la personne tombe malade ou part en vacances, vous devez trouver vous-même une solution de remplacement.

La nounou à domicile

Les avantages: Les horaires sont en général plus flexibles, l’enfant reste dans son environnement et mieux à l’abri des microbes que dans un grand groupe.

Les inconvénients: Le prix de ce service est élevé et aucun contrôle extérieur n’est effectué. Vous devez avoir 100 % confiance en la personne à qui vous confiez votre enfant.

A-t-on un avantage fiscal en fonction du type de milieu d’accueil?

Tout dépend du type de milieu d’accueil, il en existe trois:

  • subventionnés par l’ONE ou Kind en Gezin: les tarifs dépendent du salaire des parents et vous bénéficiez d’un remboursement au niveau des impôts de 11,20 euros maximum par jour par enfant.
  • autorisés par l’ONE ou Kind en Gezin: les tarifs sont fixés par le milieu d’accueil mais vous bénéficiez d’un remboursement au niveau des impôts de 11,20 euros maximum par jour par enfant.
  • non encadrés par l’ONE ou Kind en Gezin: les tarifs sont fixés par le milieu d’accueil et vous ne bénéficiez d’aucune déduction fiscale.

N’hésitez donc pas à bien vous renseigner auprès de votre commune afin d’avoir la liste des différentes options et voir celle qui vous conviendrait le mieux. Armez-vous de patience et restez confiant jusqu’au bout, il arrive souvent que des places se libèrent en dernière minute.

4 lectrices et jeunes mamans nous expliquent leur choix :

Isabelle, 34 ans, maman de deux enfants a opté pour l’acceuillante: « J’ai trouvé une dame qui habitait dans mon quartier et qui gardait chez elle 4 enfants maximum à la fois. Mes deux enfants y ont été très heureux. »

Catherine, 36 ans, maman de 3 garçons: « Mes deux aînés ont été dans une crèche communale à deux pas de chez moi. Je n’ai par contre pas encore réussi à avoir une place pour mon petit dernier qui a 6 mois. La crèche privée où il est inscrit est super mais je dois admettre qu’elle me coûte assez cher. »

Gwendoline, 30 ans, maman d’une petite fille: « Ma fille était inscrite dans une crèche privée mais j’ai finalement trouvé en dernière minute une place en crèche via ma commune. Je suis ravie mais j’ai par contre perdu l’acompte versé à la crèche privée. »

Marie-Caroline, 28 ans, maman d’un petit garçon: « J’ai pour ma part opté pour une crèche privée qui se trouve tout près de mon travail. C’est un certain budget mais le côté pratique avec mes horaires a pris le dessus et j’adore les puéricultrices. »

À lire également:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires