Home Psycho & Sexo Témoignage: « Je souffre de diabète »

Témoignage: « Je souffre de diabète »

instagram: wicky.martina
Le 14 novembre a lieu la Journée Mondiale du Diabète. Flair a reccueilli le témoignage de Sarah, diagnostiquée diabétique à l'âge de 12 ans.

Sarah a 25 ans et vit avec le diabète depuis treize années. Comment fait-elle pour se nourrir? Peut-elle travailler et partir en vacances comme ses amies qui n’ont pas ce satané taux d’insuline si élevé? Sarah témoigne à cœur ouvert en ce 14 novembre, Journée Mondiale du Diabète.

Comment as-tu découvert que tu étais diabétique?

C’est en première secondaire à l’âge de 12 ans qu’on m’a diagnostiquée. J’avais perdu 8 kilos en un mois et je buvais énormément d’eau. Je souffre de diabète de type 1 qui est héréditaire. Le frère du père de ma maman et la sœur de mon papa en souffrent également.

Quelle a été ta réaction?

Je l’ai très mal vécu. Je ne voulais pas entendre ce mot « diabétique ».

Ça sonnait comme une horrible maladie. Encore aujourd’hui, je ne veux pas dire que je le suis, ça me donne l’impression d’être différente.

As-tu dû adapter ton alimentation?

Oui, et non. Je n’ai pas vraiment de contraintes. Petite fille, je suivais un régime assez strict. Mais en grandissant, c’est quasiment impossible de continuer à le suivre. Avec les restaurants, les sorties, l’alcool… Je mange ce que je veux, je dois "juste" adapter la dose de ma piqûre pour ne pas faire de crise. Le pire, ce sont les sucres lents: pâtes, pizzas… mon taux de glucides est souvent très élevé le lendemain au réveil.

En parlant de piqûre, est-ce douloureux et pénible au quotidien?

Quand j’étais enfant c’est ma maman qui me piquait. Aujourd'hui, je dois me piquer le doigt plusieurs fois par jour pour connaître mon taux de glucides dans le sang et ainsi connaître la dose d’insuline dont mon pancréas a besoin. Je pique toujours mes petits doigts et mes annulaires car les autres sont vraiment trop douloureux. Heureusement je m'y suis habituée et je ne ressens plus rien. Je dois aussi me piquer le ventre après chaque repas. "Contraignant" est un faible mot. Je m’isole toujours pour le faire car je ne veux pas que les gens le sachent. Mais ce n’est pas toujours évident de trouver un endroit où le faire discrètement.

Quels sont les autres moyens pour diminuer ton taux d’insuline?

Le sport ! Je cours trois fois par semaine, c’est un remède miracle.

Je me souviens que j’avais une frousse bleue des aiguilles quand j’étais petite. Il m’arrivait de monter cinquante fois les escaliers pour éviter la fameuse aiguille…

As-tu un suivi médical particulier?

Je dois me rendre chez le médecin tous les trois mois afin de réaliser une prise de sang. Je me fais suivre par un diabétologue. Je dois également aller faire des tests neurologiques et faire contrôler ma vue.

Est-ce contraignant pour travailler?

Je travaille dans le marketing et ma responsable est au courant. Je ne partage pas cette information avec mes collègues. Je me pique aux toilettes avant et après le repas, ni vu ni connu !

Peut-on en guérir?

Lors de mon diagnostic, on m’avait avancé que je serais guérie d’ici dix ans. Treize années plus tard, je suis toujours diabétique. Je sais que d’ici quelques temps, la science et la recherche auront évolué. Une opération visant à régénérer les cellules mortes du pancréas verra sûrement le jour…

Qu’est-ce que le diabète?

  • Selon l’Association Belge du Diabète, "le diabète est une maladie chronique qui se déclare lorsque le pancréas ne produit plus suffisamment d'insuline ou quand le corps ne parvient plus à utiliser efficacement l'insuline qu'il produit".
  • Il existe trois sortes de diabète: le diabète de type 1 appelé le "diabète sucré" qui concerne environ 10% des personnes atteintes de diabète. Ces dernières ont besoin d'injections quotidiennes d'insuline. Le diabète de type 2 (85 % à 90 % des personnes diabétiques) appelé aussi "diabète de la maturité" car il se déclare généralement après 40 ans. Le traitement passe par la gestion de l'excès de poids et la pratique régulière d'une activité physique. Le diabète de grossesse se caractérise quant à lui par un taux de glycémie élevé durant leur grossesse.

Pour plus d'informations sur le diabète, rendez-vous sur le site de l'Association Belge du Diabète.

D'autres témoignages à lire ici:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.