Home Psycho & Sexo Mon bébé prématuré est en pleine santé aujourd’hui

Mon bébé prématuré est en pleine santé aujourd’hui

Corbis
En Belgique, environ 8 % des bébés naissent prématurés. Sept mamans de "petits d'hommes" nés trop tôt nous donnent de leurs pétillantes nouvelles.

1,6 kg d'amour

“Madeline est une petite tornade de 4 ans. Prévue pour le 30 septembre 2011, elle a débarqué le 15 août, suite à une pré-éclampsie qui a failli nous coûter la vie à toutes les deux. Un petit mois en néonatalogie et nous avons pu rentrer chez nous, avec un appareil de surveillance cardiaque. Première nuit à la maison et cette drôle de machine qui n'arrêtait pas de sonner pour indiquer que le cœur de ma fille était à l'arrêt… sauf qu'elle était dans mes bras, en train de sourire. Une vraie horreur, ces fausses alertes!

Madeline a grandi à son rythme, elle est toujours un peu plus petite que la norme mais on n’est pas grands non plus.

Elle a parlé très vite mais la marche a mis du temps (17 mois). Au vu de ma 'forme' physique, je pensais faire un bébé d'au moins 5 kg, mais j'ai fini avec un scampi d'1,6 kg… qui est aujourd’hui dans une forme olympique!" Carol, 35 ans, Anderlecht

13 ans et en pleine forme!

"Le 9 août 2002, j'ai accouché de deux crevettes, à 26,5 semaines de grossesse: Montaine, 640 gr pour 32 cm, et Zoélie, 740 gr pour la même taille. Zoélie s'est envolée le lendemain. Montaine, elle, a poursuivi son chemin sans sa jumelle… Un parcours sans trop de pépins, même si elle a été hospitalisée trois mois au Centre néonatal du CHR de Namur. L'équipe a été formidable, elle est à jamais dans mon cœur de maman! Montaine a 13 ans aujourd'hui, c'est une adorable et jolie jeune fille qui est en 2e secondaires. Tout se passe super bien pour elle!" Gersende, 40 ans, Beauraing

En avance, même à l'école

"Augustin est né en avance de 5 semaines. Malgré ses 2,9 kg, il a été hospitalisé une semaine en néonatalogie au CHR de Namur pour que ses poumons se développent. Les infirmières l'appelaient 'le petit gros du fond de la salle'. La prématurité n'était pas annoncée. Quand je suis arrivée à l'hôpital, j'avais 4 cm d'ouverture… En trois heures, il était là! C'est un super chouette petit garçon qui nous comble de bonheur.

Quand je regarde les prématurés autour de moi, j'ai l'impression qu'ils sont en avance pour tout: l'éveil, la parole, l'intérêt…

Augustin n'a pas encore 10 ans et est en 5e primaire. J'ai dû me battre pour l'avancer en maternelles et j'ai bien fait: il est dans les premiers de sa classe depuis le début des primaires." Ingrid, 40 ans, Namur

Marie

Fragile mais battante

"Nina est née à 5 mois et demi de grossesse. Elle pesait 805 gr pour 32 cm… C'est un miracle de la vie, nous avons beaucoup de chance qu'elle soit là aujourd'hui. Elle a été placée sous monitoring jusqu'à l'âge de 1 an, a fait des séances de kiné 3 fois par semaines pendant plus de 3 ans et a suivi des consultations de développement jusqu'à maintenant, grâce à Cap 48. Aujourd'hui, elle reste fragile mais c'est une vraie battante, elle profite de la vie à fond." Marie, 33 ans, Ronquières.

140 jours de montagnes russes

"Mes jumeaux étaient prévus pour le 10 octobre 2011. Ils sont arrivés le 29 juin, à 25 semaines de grossesse. Timeo est décédé 5 jours après sa naissance. Après quatre opérations et 140 jours de montagnes russes, nous avons ramené Maxime à la maison le 16 novembre 2011, la veille de la journée de la prématurité. Maxime est suivi par son chirurgien tous les 2 ans et par son pédiatre 1 fois par an. Il fait aussi de la logopédie ainsi que des séances de kiné pour son équilibre et pour assouplir ses petites jambes. C'est un petit garçon plein de vie, très câlin, qui croque la vie à pleine dents, parle beaucoup et court partout. " Fanny, 33 ans, Bastogne

Une naissance à risque qui aurait pu être évitée?

"Eliza est née avec un mois d'avance (2,2 kg pour 44 cm). Elle est restée 7 jours en néonat' dont 24 h en couveuse et sous lampe chauffante. À 16 mois, c'est une petite fille en pleine santé qui n'a aucun retard.

Elle marche, parle déjà bien et s'est bien rattrapée niveau poids et taille.

Je suis cependant convaincue que cet accouchement prématuré aurait pu être évité avec un meilleur suivi médical. Mon gynéco n'a pas jugé nécessaire de m'arrêter alors que je me plaignais (j'exerce un métier difficile, avec des charges à porter et des horaires très lourds…). Il a également minimisé mon baby blues qui s'est transformé en très grosse dépression par la suite." Julie, 31 ans, Bois-de-Villers

Deux enfants, deux prémas

"Je suis l'heure maman de deux zouzous en parfaite santé, malgré deux naissances prématurées. Mon petit garçon est né à 36 semaines par césarienne. C'est un vrai miraculé, car j'ai rompu la poche des eaux à 27 semaines de grossesse. J'ai ensuite vécu strictement couchée et sous haute surveillance pendant 9 semaines. Il est rare qu'une femme ayant rompu la poche des eaux si tôt tienne autant de temps… Ayant grandi dans une poche rompue, mon petit garçon a difficilement supporté les contractions et a manifesté une détresse au niveau cardiaque lors de l'accouchement. J’ai énormément souffert de cette naissance en catastrophe, mais mon zouzou pète la forme aujourd'hui… Une belle récompense après un tel combat!

Deuxième bébé, deuxième naissance prématurée: ma fille est née comme un boulet de canon à 34 semaines.

Je suis sortie de l’hôpital sans elle et là aussi, ça a été une épreuve très difficile, mais à 2 ans, elle est en parfaite santé, comme son frère! Mon second bonheur!" Roxanne, 30 ans, Flémalle

17 novembre, Journée mondiale des prématurés

À l'occasion de cette Journée mondiale, les associations de parents d'enfants prématurés de Belgique attirent l'attention sur l'importance d'un suivi pluridisciplinaire systématique pour les bébés. Une approche essentielle, comme le rappellent régulièrement les médecins.

Pour aller plus loin

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.