Home Psycho & Sexo La tendance kawaii est-elle machiste?

La tendance kawaii est-elle machiste?

Craquant, mignon, chou… le terme kawaii est employé pour désigner tout ce qui fait fondre le cœur. Mais ce concept japonais, plus proche d'une culture que d'un adjectif, cacherait-il une bonne dose de sexisme sous une couche rose chamallow?

Dans l'univers du choupi, Hello Kitty côtoie des petits chats licornes, et des donuts pandas aux grands yeux brillants rencontrent des adolescentes en tenue d'écolière aux cheveux pastel. Au-delà d'une esthétique enfantine et d'un look tout doux, le kawaii est un phénomène social aux origines féminines puisqu'il daterait des années 70 et des premiers mangas écrits par des filles. Mais si à l'époque il s'agissait d'une forme d'art aux accents girly, la tendance serait depuis, devenu un carcan menaçant d'enfermer les Japonaises dans un rôle de femme-objet, comme l'expliquait récemment Akie Abe, l'épouse du premier ministre Nippon:

Les hommes japonais préfèrent les femmes mignonnes ("kawaii") aux femmes capables et travaillant dur. Donc les femmes essaient d'être du genre que les hommes aiment. Même les femmes talentueuses se montrent sous un jour kawaii.

Sexisme latent

Machistes Sailor Moon et les LOL Cats? Surtout le symptôme rose à paillettes d'un profond problème social au Japon. Le pays des avancées technologiques les plus fulgurantes n'est en effet pas la nation rêvée de celles qui désirent concilier vie familiale et professionnelle. En 2016, 1 femme sur 5 se disait victime de harcèlement moral au travail durant sa grossesse. Tandis qu'une grande majorité des Japonaises renoncent à toute carrière dès lors qu'elles deviennent mamans, à cause de la pression morale exercéepar  leur entourage et leur employeur. Une réalité aussi injuste que choquante, bien loin des petits cœurs et des nuages arc-en-ciel.

Parce qu'il reste encore beaucoup de chemin avant l'égalité:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.